BETA
Recherche personnalisée
English
Mardi, 21 Aout 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 2/5/2018 12:40:48 PM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Incertitudes sur la CAN 2019 et rumeurs de décès du chef de l’Etat en couverture des journaux camerounais

Un vent d’incertitudes parcourait les colonnes des journaux camerounais parus lundi, après l’insatisfaction exprimée par le président de la Confédération africaine de football (CAF) quant aux préparatifs de la Coupe continentale de la discipline (CAN), mais aussi au lendemain de folles rumeurs donnant pour mort le chef de l’État Paul Biya.


«CAN 2019: Ahmad ne lâche pas le Cameroun» est le titre qui barre la couverture d’InfoMatin : le pays est de nouveau dans le viseur du Malgache qui fait perdre le sommeil aux autorités de Yaoundé, depuis qu’il avait démis ses réserves quant à la capacité de celles-ci à organiser sans anicroches la plus grande fête sportive africaine.

Le retard est «énorme» dans la réalisation des infrastructures, confirme Mutations, relayant également les propos tenus en fin de semaine dernière au Caire par le patron de la CAF.

C’est une «pression» de plus en plus forte qui est exercée sur le pays, souffle Le Quotidien de l’Économie alors que pour Repères «il y a une différence énorme entre les rapports d’inspection et les cahiers de charges».

Il y a péril sur la CAN 2019, s’émeut Le Messager qui confirme que le Cameroun, en rapport avec le cahier de charges librement accepté, affiche un grand retard dans la réalisation des infrastructures devant accueillir la compétition.

Il ne s’agit pas d’un simple constat, renchérit L’Anecdote, le patron de l’instance continentale menace et exige un rattrapage urgent des dysfonctionnements constaté par la mission d’évaluation.

«Si la sortie médiatique du numéro un de la CAF vient quelque peu freiner l’enthousiasme des autorités camerounaises qui avaient déclaré victoire trop tôt, au lendemain de la tournée des inspecteurs de la CAF et du cabinet d’audit indépendant, Roland Berger du 11 au 23 janvier 2018, estimant que la mission avait marqué son satisfecit à la fin de la visite des sites de Yaoundé, Douala, Limbe, Buea, Bafoussam et Garoua, il reste néanmoins vrai, analyse Repères, qu’aucune décision scellant la sort du Cameroun ne pourra être prise à la hâte. Du moins, pas avant une ou deux autres visites d’inspection.»

La situation est en réalité trouble dans ce dossier, affirme pour sa part Défis Actuels qui, plutôt que de s’en tenir aux discours accommodants, parle d’un rejet pur et simple, par Ahmad Ahmad, du rapport de la mission dont le contenu apparaît biaisé à son goût.

Et c’est The Sun qui, en une petite phrase, semble mieux résumer le climat actuel : le Cameroun vient de recevoir un carton jaune de la CAF.

La balle est dans le camp du Cameroun, affiche timidement L’Essentiel qui pour sa part préfère réserver sa principale manchette à cette annonce : «Désinformation : Paul Biya est bien vivant».

La mort présumée du chef de l’Etat fait le buzz sur les réseaux sociaux depuis quelques jours, créant l’émoi à travers le pays et le monde entier.

Pour l’hebdomadaire Essingan, il s’agit de l’œuvre d’un illuminé appuyé par des activistes camerounais de France et de Suisse, qui tantôt le disent en agonie, et le lendemain programment la disparition «certaine» de Paul Biya en 2018.

Indifférent à ces manœuvres sordides, le président Biya, affirme La Nouvelle, a été aperçu au volant de sa voiture le week-end dernier dans la localité de Mvomeka’a (Sud), qui l’a vu naître il y a 85 ans.

Ce n’est pas la première fois que des ténébreux l’enterrent vivant, constate L’Essentiel qui rappelle qu’une telle rumeur avait déjà secoué le Cameroun en juin 2004, amenant le chef de l’État à sortir de sa réserve à travers une déclaration restée dans les mémoires : «J’étais en visite privée en Europe. J’ai appris comme tout le monde que j’étais mort. Il paraît qu’il y en a qui s’intéressent à mes funérailles. Eh bien, dites-leur que je leur donne rendez-vous dans une vingtaine d’années.» Et d’ajouter «que ceux qui veulent me précipiter s’habituent à me voir encore pour longtemps.»

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Gouvernance et crise sécuritaire en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus vendredi soulèvent quelques cas controversés de marchés publics, trempent leur plume dans la polémique au sujet d’exécutions extrajudiciaires imputées à l’armée pour s’arrêter, de nouveau, dans les régions ensanglantées du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où sévissent des activistes sécessionnistes.
La presse camerounaise en mode diversité Des exécutions présumées de l’armée contre des civils au football en passant par la présidentielle du 7 octobre, l’économie ou encore l’interminable crise anglophone, les journaux camerounais parus jeudi s’inscrivent indubitablement en mode diversité.
La sécurité au menu des journaux camerounais La recherche, par le gouvernement, des solutions de sécurité pour les hommes et les biens, à la veille de l’élection présidentielle et au moment où l’armée est accusée d’exécutions extrajudiciaires sur des civils, suscite les commentaires des journaux camerounais parus mardi.
Fait divers et crise anglophone au menu des journaux camerounais Un braquage manqué, dans la nuit de vendredi à samedi à la résidence du secrétaire général de la présidence de la République (SG/PR), Ferdinand Ngoh Ngoh, anime les colonnes des journaux camerounais parus lundi, avec juste à côté les demi-aveux du gouvernement sur une vidéo controversée d’exécutions sommaires de civils par l’armée ainsi que le week-end sanglant, sur le front de la revendication sécessionniste anglophone.
Les journaux camerounais passent en revue les candidats à la présidentielle Les journaux camerounais parus mercredi passent au scanner les 9 candidats, dont les dossiers ont été retenus la veille par Elections Cameroon (Elecam), appelés à participer à l’élection présidentielle du 7 octobre prochain.
Politique et football font les choux gras des journaux camerounais L’attente de la publication de la liste des candidats retenus pour l’élection présidentielle du 7 octobre prochain et la crise anglophone passionnent ce mardi les journaux camerounais qui commentent encore la nomination d’un duo néerlandais à la tête de la sélection de football.
Football et politique en couverture des journaux camerounais La nomination, samedi dernier, du duo hollandais Seedorf-Kluivert sur le banc de touche de la sélection de football suscite des commentaires contrastés dans les journaux camerounais parus lundi, avec en prime les nouveaux développements de la crise sécessionniste anglophone sur fond de veillée d’armes pour l’élection présidentielle du 7 octobre.
L’insolite s’invite dans les journaux camerounais Le côté insolite de l’actualité fait les choux gras des journaux camerounais parus vendredi.
Fait divers, éducation et crise anglophone en couverture des journaux camerounais Un fait divers, survenu quelques heures plus tôt à Yaoundé, a éveillé la curiosité des journaux camerounais parus jeudi, avec juste à côté les résultats aux examens officiels et la crise sécessionniste qui perdure dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Politique, économie et social au menu des journaux camerounais La polémique autour de l’idée d’organisation, par des leaders religieux, d’une conférence en vue d’explorer les voies d’un retour à la normale en zone sécessionniste anglophone continue d’animer les journaux camerounais parus mercredi, avec un bon zeste de sujets à caractère économique et social.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous