BETA
Recherche personnalisée
English
Jeudi, 24 Mai 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 1/30/2018 12:00:48 PM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

La presse camerounaise se focalise sur l’extradition du leader de la sécession

La confirmation, la veille par le gouvernement, de l’extradition du Nigeria du leader sécessionniste anglophone Sisiku Ayuk Tabe et de 46 de ses lieutenants, fait la couverture des journaux camerounais parus mardi


«Le gouvernement confirme l’extradition d’Ayuk Tabe et de 46 autres activistes à Yaoundé» ; «Crise anglophone : le transfert d’Ayuk Tabe et Cie confirmé» ; «Situation dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest : 47 terroristes aux mains de la justice» ; «Sisiku Ayuk Tabe entre les mains de la justice» ; «Terrorisme, apologie de la sécession : Ayuk Tabe, candidat à la peine de mort» ; «Crise anglophone : Ayuk Tabe veut se confier au chef de l’État» ; «Ayuk Tabe sollicite un entretien avec Paul Biya», titrent respectivement The Guardian Post, Le Messager, Cameroon Tribune, Le Quotidien de l’Economie, Mutations, InfoMatin et Le Point Hebdo.


Se fondant aux propos tenus la veille au soir par le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary, la première publication indique que les concernés sont actuellement détenus dans un lieu secret de la capitale.

Ce lieu ne sera pas tenu secret pendant bien longtemps, tempère The Guardian Post, expliquant que les sécessionnistes, qui encourent la peine de mort, seront très bientôt traduits devant le tribunal militaire en charge de juger les faits de terrorisme.

C’est la fin du suspense sur le sort de ces terroristes, interpellés le 5 janvier dernier dans la capitale nigériane, Abuja, dans le cadre de violences survenues depuis plus d’un an dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, soufflent le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune et Le Jour.

Et la première publication citée de saluer, au passage, l’excellente coopération qui existe avec la République fédérale du Nigeria et sa voisine, notamment dans le domaine de la sécurité.

Pour Le Quotidien de l’Économie, il ne fait aucun doute que les concernés risquent gros, au vu des faits déjà portés à leur charge et qui vont du terrorisme en bande organisée aux actes de vandalisme en passant par les assassinats de civils et d’éléments des forces de défense et de sécurité.

Mais selon les avocats de Sisiku Ayuk Tabe, cités par Mutations, les choses ne seront pas aussi simples, les Etats du Cameroun et du Nigeria s’étant retrouvés en flagrant délit de violation du droit international humanitaire concernant l’extradition, un argument qu’ils mettront en avant pour plaider le vice de forme.

Lors de sa première audition par la police judiciaire, intervenue lundi matin, le leader de la sécession, qui observe un étrange mutisme depuis son arrivée à Yaoundé, jeudi soir, a juste indiqué aux enquêteurs, selon Le Point Hebdo, qu’il souhaitait rencontrer le président de la République.

«Sans doute pris subitement de résipiscence (ndlr, reconnaissance de sa faute), après que ses hommes ont multiplié les actes de violence et assassinats à la fois contre des civils et des éléments des forces de défense et de sécurité dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, Sisiku Ayuk Tabe veut se mettre à table devant une seule personne, le chef de l’Etat», suppute InfoMatin.

À en croire ce journal généralement introduit, «le président de la République fantoche d’Ambazonie réserve des révélations croustillantes au président de la République. On lui prête ainsi, dans le secret espoir d’un rachat, l’intention de divulguer l’identité des financiers de la crise anglophone. Des mécènes qui ne se trouveraient pas seulement dans la diaspora mais également aux affaires».

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
La politique fait de la résistance dans les quotidiens camerounais Comme la veille, les journaux camerounais parus mercredi continuent de se passionner pour la politique, au lendemain de la célébration de la Fête nationale du 20 mai, sur fond de crise anglophone et d’appel controversé des États-Unis au président Paul Biya à quitter le pouvoir, reléguant au second plan les sujets à caractère économique et social.
La politique fait les choux gras de la presse camerounaise Les journaux camerounais parus mardi, au lendemain d’une journée fériée et chômée sur toute l’étendue du territoire, se focalisent sur la célébration contrastée de la Fête de l’unité sur fond de crise anglophone, au cours de laquelle le président Paul Biya a sorti sa dernière limousine hors de prix, mais également sur l’appel des États-Unis au même chef de l’État à passer la main après 37 ans de règne.
Les périls sur l’unité nationale en couverture des journaux camerounais A deux jours de la célébration des 46 ans de l’Unité nationale, les journaux camerounais parus vendredi braquent leurs projecteurs sur les menaces sécessionnistes qui continuent de peser sur les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
La presse camerounaise aux couleurs du «vivre-ensemble» A la veille de la célébration des 46 ans de l’unité nationale, et en pleine crise identitaire de la communauté anglophone d’où s’élèvent des revendications sécessionnistes, les journaux camerounais parus jeudi se focalisent sur la notion de «vivre-ensemble» censée recréer les liens de solidarité et ramener la paix.
Ambiance de malaise en couverture des journaux camerounais Les titres des journaux camerounais parus mercredi ne sont guère réjouissants, de l’économie à la politique en passant par la guerre contre l’islamisme ou l’activisme sécessionniste.
Economie et société en couverture des journaux camerounais A en croire les contenus des journaux camerounais parus mardi, les nouvelles ne sont pas reluisantes sur le front de l’économie au même moment où l’unité nationale, à la veille de la fête national de l’indépendance, reste sous la menace des troubles sécessionnistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Politique et crise anglophone en couverture des journaux camerounais Les batailles d’appareil avant l’élection présidentielle et la crise sécessionniste qui ne faiblit pas dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest constituent l’essentiel des contenus des journaux camerounais parus lundi.
Les journaux camerounais à fond dans la politique Au lendemain de la fête de l’Ascension, les journaux camerounais parus vendredi se focalisent sur les faits politiques, notamment la crise anglophone, la célébration de la Fête nationale et la nouvelle bataille de positionnement entre des alliés du régime.
Religion, économie et politique en couverture des journaux camerounais De la religion au social en passant par l’économie et la politique, les journaux camerounais parus mercredi affichent un menu bigarré.
Presse, politique et crise anglophone en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus jeudi se penchent sur l’état des médias locaux, à l’occasion de la Journée international de la liberté de presse, sans pour autant oublier la pression présidentielle ayant obligé certains sénateurs à s’appliquer la disposition sur le non-cumul des mandats à eux imposée par le président Paul Biya, et en restant préoccupés par la situation insurrectionnelle dans les régions anglophones.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous