BETA
Recherche personnalisée
English
Samedi, 26 Mai 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 1/22/2018 12:37:51 PM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Economie et politique en couverture des journaux camerounais

Une économie fébrile, couplée à la guerre de leadership qui fait rage au sein du premier parti politique de l’opposition parlementaire, il n’en fallait pas plus pour cristalliser l’attention des journaux camerounais parus lundi.


Ouverte depuis deux ans seulement, avec l’ambition d’appuyer les investissements privés dans le domaine des petites et moyennes entreprises (PME), mais aussi de l’artisanat, voici que la Banque camerounaise des petites et moyennes entreprises (BC-PME) commence à susciter des angoisses à Repères.

Le bihebdomadaire à capitaux privés se fait ainsi l’écho d’un rapport rendu public le 16 janvier dernier, dans lequel le Fonds monétaire international requiert du gouvernement camerounais la réorientation du plan d’affaires de ladite structure en mal de ressources financières.

Bien plus tôt, c’est-à-dire entre les décennies 80 et 2000, prolonge l’hebdomadaire Essingan, de nombreuses usines et organismes économiques sont ainsi morts du fait de leur avènement non maîtrisé, particulièrement dans les régions du Centre, de l’Est et du Sud.

Sur le terrain de la gouvernance, Le Quotidien de l’Economie voit au moins huit directeurs généraux de sociétés d’Etat «en sursis», eux qui doivent, jusqu’en juin prochain, s’arrimer à de nouvelles dispositions légales et règlementaires fixant le mandat des managers des entreprises du secteur public, c’est-à-dire rendre le tablier et mettre ainsi fin aux baux à vie.

Et s’il y a des patrons qui doivent avoir perdu le sommeil en ce moment, rétorque Le Financier d’Afrique, c’est bien ceux des opérateurs de téléphonie mobile, y compris la Cameroon Telecommunications (CAMTEL, société publique), dont la mauvaise qualité de service est de plus en plus décriée et qui doivent, ce même lundi, s’expliquer devant l’Agence de régulation des télécommunications (ART) avec, probablement, de lourdes sanctions à la clé.

Pendant ce temps, et selon le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, c’est un groupe de transporteurs qui menace d’entrer en grève, pour protester contre la hausse, en vigueur depuis le 1er janvier 2018, des tarifs au Port autonome de Douala : 7000 FCFA/jour, 20.000 FCFA/mois et 51 000 FCFA/an.

Ces tarifs, qui entrent dans la catégorie des titres d’accès des véhicules, sont en hausse de 33% par rapport aux tarifs précédents, qui dataient de 1999, explique la publication, ajoutant que la nouvelle donne répond à un souci d’améliorer la sécurité et la sûreté, de manière à dissuader les intrus et autres badauds, la place portuaire n’ayant pas vocation à être accessible à n’importe qui.

L’autre source de mécontentement, que relève EcoMatin, vient des collectivités territoriales décentralisées, dont les ressources issues de la vignette automobile viennent d’être accaparées par l’Etat, toute chose qui cause un manque à gagner de plusieurs milliards FCFA aux communes.

En rapport avec l’élection présidentielle prévue en octobre prochain, Essingan se penche sur le sort du président Front social démocratique (SDF, opposition), Ni John Fru Ndi, «confronté à un dilemme : une volonté personnelle de présenter sa candidature et l’impératif du passage de génération que lui impose la conjoncture».

A l’intérieur de la formation, explique le journal, des voix suggèrent et suscitent à sa place la candidature du vice-président, Joshua Osih.

Pour les délégués du parti au congrès annoncé dans un mois à Yaoundé, la capitale, le choix, selon The Post et The Guardian Post, est déjà fait : John Fru Ndi est le candidat naturel à la fois pour sa propre succession à la tête de la formation, et le bon cheval pour la course à la magistrature suprême.

«Je suis encore là !», plastronne en effet le concerné en grande ouverture d’InfoMatin, en réponse à ses détracteurs qui veulent l’écarter de la course.

«Et voici qui promet une belle ambiance, lors des assises nationales sus-signalées. Et qui va, surtout, cristalliser les tensions entre des camps qui se regardent désormais en chiens de faïence.»

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
La crise diplomatique avec les USA en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la montée de tension avec l’exécutif américain, dont le chef de mission à Yaoundé a été convoqué au ministère des Relations extérieures pour avoir appelé le président Paul Biya à quitter le pouvoir, occupent le haut de l’affiche des journaux camerounais parus jeudi.
La politique fait de la résistance dans les quotidiens camerounais Comme la veille, les journaux camerounais parus mercredi continuent de se passionner pour la politique, au lendemain de la célébration de la Fête nationale du 20 mai, sur fond de crise anglophone et d’appel controversé des États-Unis au président Paul Biya à quitter le pouvoir, reléguant au second plan les sujets à caractère économique et social.
La politique fait les choux gras de la presse camerounaise Les journaux camerounais parus mardi, au lendemain d’une journée fériée et chômée sur toute l’étendue du territoire, se focalisent sur la célébration contrastée de la Fête de l’unité sur fond de crise anglophone, au cours de laquelle le président Paul Biya a sorti sa dernière limousine hors de prix, mais également sur l’appel des États-Unis au même chef de l’État à passer la main après 37 ans de règne.
Les périls sur l’unité nationale en couverture des journaux camerounais A deux jours de la célébration des 46 ans de l’Unité nationale, les journaux camerounais parus vendredi braquent leurs projecteurs sur les menaces sécessionnistes qui continuent de peser sur les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
La presse camerounaise aux couleurs du «vivre-ensemble» A la veille de la célébration des 46 ans de l’unité nationale, et en pleine crise identitaire de la communauté anglophone d’où s’élèvent des revendications sécessionnistes, les journaux camerounais parus jeudi se focalisent sur la notion de «vivre-ensemble» censée recréer les liens de solidarité et ramener la paix.
Ambiance de malaise en couverture des journaux camerounais Les titres des journaux camerounais parus mercredi ne sont guère réjouissants, de l’économie à la politique en passant par la guerre contre l’islamisme ou l’activisme sécessionniste.
Economie et société en couverture des journaux camerounais A en croire les contenus des journaux camerounais parus mardi, les nouvelles ne sont pas reluisantes sur le front de l’économie au même moment où l’unité nationale, à la veille de la fête national de l’indépendance, reste sous la menace des troubles sécessionnistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Politique et crise anglophone en couverture des journaux camerounais Les batailles d’appareil avant l’élection présidentielle et la crise sécessionniste qui ne faiblit pas dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest constituent l’essentiel des contenus des journaux camerounais parus lundi.
Les journaux camerounais à fond dans la politique Au lendemain de la fête de l’Ascension, les journaux camerounais parus vendredi se focalisent sur les faits politiques, notamment la crise anglophone, la célébration de la Fête nationale et la nouvelle bataille de positionnement entre des alliés du régime.
Religion, économie et politique en couverture des journaux camerounais De la religion au social en passant par l’économie et la politique, les journaux camerounais parus mercredi affichent un menu bigarré.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous