BETA
Recherche personnalisée
English
Mercredi, 12 Décembre 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 12/8/2017 1:05:15 PM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

L’offensive de l’armée contre les sécessionnistes au menu des journaux camerounais

Les opérations de l’armée, à la suite aux déclarations guerrières du chef de l’État contre les sécessionnistes dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, retiennent l’attention des journaux camerounais parus vendredi.


Ainsi, The Guardian Post évoque les «atrocités» perpétrées dans les régions anglophones depuis l’offensive lancée il y a quelques jours par l’armée contre ceux qui se présentent comme les dirigeants de la république fantoche d’Ambazonie.

Dans cette croisade, le président Paul Biya peut compter sur la collaboration de son homologue et voisin Muhammadu Buhari, qui, à travers son haut-commissaire (ambassadeur) à Yaoundé, a tenu à rassurer sur le fait que le Nigeria non seulement ne soutient aucun mouvement rebelle venu de l’autre côté de la frontière, mais ne sera jamais une base arrière d’un quelconque mouvement armé.

Dans la région du Sud-Ouest particulièrement, affirme Mutations, les armes tonnent et les assaillants tombent. A l’image de ces victimes notées dans les rangs des activistes de la sécession depuis une semaine.

Une vision battue en brèche par le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune (CT) qui, sous le titre : «Nord-Ouest/Sud-Ouest : sécurisé, pas militarisé», précise que «le déploiement des forces de défense dans ces régions reste normal, au vu des missions qui sont les leurs».

Dans diverses localités, insiste la publication, la présence militaire a permis de faire reculer l’insécurité, de garantir la protection des bâtiments publics, d’assurer le fonctionnement des services qui y sont logés et, du coup, pour certains civils, il faudrait même davantage de militaires à tel ou tel endroit.

Preuve, selon CT, d’un contexte stable et sous contrôle : l’école a repris dans les villes, où les populations ont surmonté la peur, rassurées par la présence des forces de l’ordre qui veillent sur leur sécurité.

Sans l’évoquer directement, Le Quotidien de l’Economie aborde un débat qui, aux yeux des observateurs, est à l’origine du mal-vivre de la communauté anglophone, qui se sent marginalisée et soulève la question de la forme de l’Etat avec un processus de décentralisation en butte aux tergiversations du gouvernement, qui l’a pourtant instaurée pour octroyer une certains autonomie aux régions.

Or, voici que «le gouvernement ruse avec la décentralisation» avec «seulement» 37 milliards FCFA annoncés, destinés à financer la stratégie nationale dans les 10 régions sur 5 ans, avec une bonne moitié de l’enveloppe consacrée au mécanisme de suivi-évaluation, et donc qui ne va pas profiter aux couches défavorisées mais servir à payer les frais de mission.

Un qui n’a pas arrêté de crier à l’escroquerie politique : l’activiste et écrivain Patrice Nganang. Selon Le Jour, il est incarcéré à la police judiciaire de Yaoundé, la capitale, après avoir été interpellé la veille à l’aéroport de la métropole économique, Douala, au moment où il s’apprêtait à embarquer pour le Zimbabwe.

Et c’est le bihebdomadaire Le Soir qui semble tenir l’explication de cette arrestation : Patrice Nganang a menacé de mort le chef de l’Etat en personne, promettant de lui loger une balle «exactement dans le front» le jour où ils seront face-à-face.

Pour outrage et menaces de mort à chef d’Etat, Patrice, clame InfoMatin, «habité par la haine épistolaire et la division pathologique, ce terroriste d’un genre nouveau, qui veut mettre le Cameroun à feu et à sang, devrait désormais répondre de ses actes sataniques devant la justice».

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
L’élection du président de la Fecafoot passionne les journaux camerounais Bien plus que les arènes politiques, sociales et économiques, c’est davantage l’assemblée générale élective du lendemain, à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), qui passionne les journaux du pays parus mardi.
La tension du retrait de la CAN 2019 ne retombe pas dans les journaux camerounais Avec virulence, les journaux camerounais parus lundi dénoncent ceux qui, à leurs yeux, sont les responsables du retrait au pays de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, un sujet supplantant de loin les autres sujets d’actualité.
La politique s’impose en couverture des journaux camerounais La politique irrigue les colonnes des journaux camerounais parus vendredi, sur les plans aussi bien de la crise anglophone que du football, de l’économie ou encore de la gouvernance.
Les journaux camerounais à fond sur le camouflet de la CAN 2019 Passées les grandes émotions du retrait, en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF) au pays, de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) de la discipline pour 2019, les journaux camerounais parus jeudi s’emploient à décrypter les démarches du gouvernement pour arrondir les angles.
Menu diversifié dans les colonnes des journaux camerounais Des suites du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football au pays à la crise anglophone, en passant par la politique et l’économie, les journaux camerounais parus mercredi se sont offert une petite cure de diversité.
Lendemains douloureux de dessaisissement de la CAN 2019 et crise anglophone au menu des journaux camerounais Les journaux camerounais parus mardi continuent d’épiloguer sur les conséquences du retrait, décidé en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale de la discipline (CAN) pour 2019 en même temps qu’ils reviennent sur la création, par décret présidentiel, d’un Comité de désarmement, de démobilisation et de réintégration à l’intention des sécessionnistes et des ex-combattants de la secte islamiste Boko Haram.
Le retrait de la CAN 2019 au Cameroun fait les choux gras de la presse locale Les journaux camerounais parus lundi sont inconsolables après le retrait au pays, en fin de semaine à Accra (Ghana) par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) 2019 de la discipline.
Can 2019 et économie en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, en attendant la décision dans la journée, par le Comité exécutif (CoMex) de la Confédération africaine de football (Caf), du maintien ou du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 au pays, lequel ne se porte guère mieux au plan de l’économie.
Economie, politique et foot à la une des journaux camerounais Le fait économique côtoie allègrement la politique, le football et le social dans les journaux camerounais parus jeudi.
Faits de société, gouvernance et CAN dames en couverture des journaux camerounais Les faits de société s’inscrivent en bonne place dans les journaux camerounais parus mercredi, avec tout à côté une actualité tout aussi sulfureuse en ligne droite de la gouvernance, juste au lendemain de la demi-finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football dames perdue en terre ghanéenne contre le Nigeria.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous