BETA
Recherche personnalisée
English
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 11/14/2017 11:30:14 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

L’économie et le front de la crise anglophone font les choux gras de la presse camerounaise

Des sujets à connotation économique, avec pour point d’orgue la session budgétaire du Parlement mais également la croisade contre les sécessionnistes contre qui le gouvernement vient de déclarer la guerre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, faisaient quasiment l’unanimité des sujets abordés par les journaux camerounais parus mardi.


Sous le titre «Des impayés de 100 milliards FCFA ressuscitent les délestages», Le Quotidien de l’Économie révèle que l’opérateur d’électricité Eneo, pris à la gorge par des engagements financiers incompressibles et attendant depuis des mois le paiement de ses factures de consommation par l’Etat, est aujourd’hui obligé de procéder par le rationnement constaté depuis peu, marqué notamment par des coupures intempestives de fourniture d’énergie.

Prenant pour prétexte l’ouverture, le même jour, de la dernière session ordinaire du Parlement pour 2017, l’hebdomadaire Matila a de son côté fait le choix de l’enquête introspective de l’économie nationale, qui ambitionne de se relancer sur fond de réduction du déficit budgétaire à 2,3% du produit intérieur brut (PIB).

«Bien que bénéficiant d’une facilité élargie de crédit lui assurant des appoints constants du Fonds monétaire international (FMI), l’économie du pays peine toujours à résorber son déficit budgétaire qui grève ainsi sa capacité d’investissement.»

Et le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune campe le décor de ladite session : une session consacrée certes à l’examen du projet de budget de l’Etat, mais qui intervient également dans un contexte marqué par des tensions dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, ainsi que la persistance de l’insécurité à l’Est et dans l’Extrême-Nord.

Pas la peine de chercher bien loin, confirme Le Messager : la crise anglophone sera bien au menu de la session budgétaire, avec en apéritif la pression fiscale qui va augmenter dès l’année prochaine, le gouvernement, face à la chute continue des cours du pétrole, soucieux de financer l’effort de guerre, l’année électorale à venir ainsi que les chantiers de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football messieurs, va accentuer le harcèlement des contribuables à travers de nouvelles impositions.

A la vérité, répond en écho Emergence, les yeux des observateurs seront davantage tournés vers les bancs occupés par les élus du Front social démocratique (SDF, opposition) qui, quoique minoritaire à l’Assemblée et au Sénat, devrait en profiter pour ramener la question anglophone au cœur des débats, faute de quoi la formation, qui a souvent pris des positions fortes sur cette question, court le risque d’être à jamais marginalisé.

La crise anglophone, justement, prend une ampleur toujours plus grande avec la découverte, affirme Le Jour, d’un important stock d’armes de guerre dans la région du Sud-Ouest avec, à la clé, 4 présumés membres de la république fantoche d’Ambazonie tués et autant faits prisonniers par les forces de défense et de sécurité.

Mais ces coups de boutoir, assénés à ce qui s’apparente désormais à un groupe terroriste, ne semblent pas de nature, à en croire The Median, à refréner les ardeurs des activistes de la partition du Cameroun : non seulement ils revendiquent les attentats ayant déjà coûté la vie à 4 membres des forces de défense et de sécurité, mais en plus ils viennent officiellement de déclarer la guerre au pouvoir de Yaoundé.

Sous le titre « Crise anglophone : 14 ‘’Ambazoniens’’ activement recherchés», InfoMatin dresse la liste et publie les photos de quelques séparatistes, parmi lesquels une femme et deux ex-journalistes de la radiotélévision de service public (CRTV).

«Dans leur chevauchée ensanglantée, les sécessionnistes, qui se réclament d’un mouvement dénommé Southern Cameroons Ambazonia Consortium United (SCACUF), se sont mis en association avec des forces rebelles du Biafra (Nigeria) avec qui ils espèrent constituer un État tampon entre le Cameroun et son grand voisin, avec pour ambition immédiate l’appropriation des hydrocarbures dont regorge la région.»

Toujours est-il que l’état d’urgence n’est pas, pour l’instant et selon Emergence, envisageable par les autorités pour qui «il n’y a pas péril en la demeure».

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
La presse camerounaise anticipe sur la victoire de Biya à la présidentielle Pour beaucoup de journaux camerounais parus lundi, il ne fait aucun doute que le chef de l’État sortant, Paul Biya, sera proclamé vainqueur, vers la mi-journée par le Conseil constitutionnel siégeant en audience publique, de l’élection présidentielle du 7 octobre 2018.
Le contentieux post présidentielle continue de passionner les journaux camerounais Le contentieux généré par l’élection présidentielle du 7 octobre, continue, trois jours après son ouverture devant le Conseil constitutionnel, de passionner les journaux camerounais parus jeudi.
Les journaux camerounais à fond sur le contentieux post-présidentielle Le début, la veille à la Cour constitutionnelle, des audiences portant sur le contentieux de l’élection présidentielle du 7 octobre passionne les journaux camerounais parus mercredi.
Les incertitudes post-élection présidentielle préoccupent les journaux camerounais Alors que le Conseil constitutionnel entame, le même jour, les débats sur le contentieux post-élection présidentielle, les journaux camerounais parus mardi prennent le pouls des états-majors des candidats.
La presse camerounaise se positionne avant les résultats de la présidentielle Les journaux camerounais parus lundi, chacun selon son tempérament, anticipent sur la proclamation, attendue d’ici la fin de la semaine, des résultats de l’élection présidentielle du 7 octobre.
Les journaux camerounais en mode diversité La diversité reprend droit de cité dans les journaux camerounais parus vendredi, sans pour autant s’éloigner des lendemains tumultueux de l’élection présidentielle du 7 octobre.
L’après-présidentielle continue de préoccuper la presse camerounaise Les journaux camerounais parus jeudi continuent leurs conjectures sur l’élection présidentielle du 7 octobre avec son lot d’insolites, de polémiques et d’incertitudes.
L’autoproclamé président Maurice Kamto continue de passionner la presse camerounaise Autoproclamé, lundi président élu de la République à l’issue du scrutin de la veille, l’acte du candidat du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), Maurice Kamto, continue de passionner les journaux locaux parus mercredi.
L’auto-proclamation de Maurice Kamto comme vainqueur de la présidentielle anime les journaux camerounais La déclaration, la veille par le leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) de sa victoire à l’élection présidentielle du 7 octobre fait les choux gras des journaux camerounais parus mardi.
La presse camerounaise à fond sur l’après-présidentielle Ce sont des sentiments partagés qui transpirent dans les colonnes des journaux camerounais parus lundi, au lendemain d’une élection présidentielle tenue dans un contexte de clair-obscur du fait des forces en présence et de l’insécurité grandissante en zone anglophone en proie depuis deux ans à des violences sécessionnistes.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous