BETA
Recherche personnalisée
English
Vendredi, 19 Janvier 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 11/9/2017 12:06:59 PM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

La brusque montée de tension en régions anglophones préoccupe les journaux camerounais

Les récentes attaques armées, attribuées à des activistes de la sécession des zones anglophones du pays et qui ont déjà coûté la vie à 5 personnes au moins, s’affichent en couverture des journaux camerounais parus jeudi.


«Crise anglophone : trois morts à Bamenda» est la principale manchette de Le Jour, qui précise que ledit bilan a été établi au terme d’un échange de tirs, dans la nuit de mardi à mercredi dans le chef-lieu de la région du Nord-Ouest, entre des assaillants de la république fantoche de l’«Ambazonie» et des forces de défense et de sécurité.

Ce sont, au total, deux gendarmes et un civil qui sont passés de vie à trépas lors de cet assaut, précise The Guardian Post qui indique que la sécurité a été renforcée dans la ville, en même temps qu’une chasse à l'homme a été engagée en vue de retrouver les assaillants.

Afin de resserrer les mailles du filet autour des indépendantistes tueurs, mais aussi prévenir d’autres dérapages, un couvre-feu a par ailleurs été instauré dans le département de la Mezam par le préfet Pierre Songo, qui jusqu’au 23 novembre 2017 interdit formellement les déplacements entre 22 heures à 5 heures.

Dans la localité de Jakiri, ajoute la publication, l'arme qui avait été emportée, lundi dernier après l'assassinat du gendarme major Bienvenue Djolay par d’autres assaillants, alors qu’il s’opposait à leur projet d’incendie du lycée technique local, a été retrouvée.

L’on apprend ainsi que le pistolet de l’homme en tenue a été déposé par une main inconnue à proximité du palais abritant la société secrète «Nso», qui avait donné un ultimatum de 24 heures aux présumés assassins pour ramener l'arme emportée.

A Bamenda, c’est l’ordre qu’on assassine, renchérit Mutations qui rappelle qu’avant cet épisode des tueries à l’arme à feu en trois jours, les sécessionnistes avaient déjà usé de l’attaque à la bombe dans plusieurs localités des zones revendiquées, «un nouveau virage dans la crise anglophone, au moment où le dialogue est justement attendu».

Voici donc la confirmation de ce que beaucoup appréhendaient depuis quelques mois, à savoir, constate Émergence, le choix de la lutte armée par les séparatistes.

En ciblant les éléments des forces de défense et de sécurité, les «Ambazoniens» recherchent la déflagration et la stratégie de la guérilla qui rendra désormais incontrôlables par le pouvoir central des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

«Les sécessionnistes déclarent la guerre au Cameroun», confirme l’hebdomadaire L’Essentiel avant de se poser cette question : «Que doit faire un Etat quand un groupe armé s’en prend à ses populations, pose des bombes, incendie des écoles, des hôpitaux et des bâtiments publics et paralyse des régions entières avec les ‘’villes mortes’’ ?»

Et cette publication de continuer ainsi dans sa révolte épistolaire : «Que doit faire un État lorsque des militaires et des gendarmes sont froidement assassinés ? Les sécessionnistes, qui viennent de tuer trois membres des forces de l’ordre à Jakiri et à Bamenda, sont montés d’un cran dans le combat qu’ils ont engagé pour imposer la partition des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Les partisans de l’Ambazonie ont cette fois bel et bien déclaré la guerre à l’État du Cameroun.»

Les républicains doivent résister au leurre sécessionniste, répond en écho InfoMatin : les aspirants à la magistrature suprême doivent opter pour la concurrence transparente et démocratique, les menaces de recours à l'épreuve de force apparaissent comme la voie en raccourci des assoiffés de pouvoir, convaincus de leur inaptitude à y accéder par les urnes.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Economie et politique en couverture des journaux camerounais Le clair-obscur dans la sphère de l’économie nationale, mais également des sujets à caractère politique meublent les contenus des journaux camerounais parus mardi.
Diversité dans les colonnes de la presse camerounaise La première hécatombe sur la route depuis le début de l’année, la visite d’inspection de la Confédération africaine de football (CAF) en rapport avec la Coupe continentale des nations (CAN) 2019, la vente publique de produits alimentaires non conformes aux normes, trônaient en bonne place dans les colonnes des journaux camerounais parus lundi.
CAN 2019 et crise anglophone au menu des journaux camerounais La visite d’inspection des chantiers d’infrastructures de Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019 par la Confédération africaine de la discipline (CAF) ainsi que les derniers développements de la crise anglophone sont à l’affiche des journaux camerounais parus vendredi.
Politique, social et crise anglophone au menu des journaux camerounais Des sujets à caractère politique occupent ce mardi une large place dans les journaux camerounais qui s’intéressent également à des sujets relatifs au social ou à la crise anglophone.
Les vœux du corps diplomatique à Biya au menu des journaux camerounais Les journaux camerounais parus vendredi sont, pour l’essentiel, revenus sur la cérémonie de la veille durant laquelle les membres du corps diplomatique et des corps constitués nationaux ont présenté leurs vœux au chef de l’Etat.
L’arrestation de l’écrivain Nganang et la crise anglophone préoccupent les journaux camerounais La controverse autour de la mise aux arrêts de l’écrivain et activiste Patrice Nganang, accusé d’avoir proféré des menaces de mort contre le chef de l’Etat et des obscénités contre le couple présidentiel, mais également la crise sociopolitique sans fin dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, ont continué d’animer les pages des journaux camerounais parus lundi.
La diversité s’affiche en couverture des journaux camerounais Des histoires à polémique de gros sous, un zeste de controverse sur le champ économique et politique, auront constitué le menu des journaux camerounais parus mercredi.
La politique fait de la résistance dans les journaux camerounais Un vent d’indignation parcourait les journaux camerounais parus mardi avec en vedette l’interdiction la veille, par le président de l’Assemblée nationale, Cavaye Yeguie Djibril, d’une conférence de presse de la députée Tomainou Ndam Njoya (Union démocratique du Cameroun (UDC, opposition), qui comptait s’expliquer après son agression sur son camarade Richard Wallang du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir), vendredi dernier lors d’une séance plénière en plein hémicycle.
La fin chaotique de la session parlementaire en couverture des journaux camerounais Bien plus que les sujets à caractère économique, ou encore la crise anglophone, c’est la fin chaotique, vendredi à l’Assemblée nationale, de la session consacrée au vote du budget de l’État, qui a retenu l’attention des journaux camerounais parus lundi.
L’offensive de l’armée contre les sécessionnistes au menu des journaux camerounais Les opérations de l’armée, à la suite aux déclarations guerrières du chef de l’État contre les sécessionnistes dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, retiennent l’attention des journaux camerounais parus vendredi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous