BETA
Recherche personnalisée
English
Samedi, 18 Novembre 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 11/9/2017 12:06:59 PM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

La brusque montée de tension en régions anglophones préoccupe les journaux camerounais

Les récentes attaques armées, attribuées à des activistes de la sécession des zones anglophones du pays et qui ont déjà coûté la vie à 5 personnes au moins, s’affichent en couverture des journaux camerounais parus jeudi.


«Crise anglophone : trois morts à Bamenda» est la principale manchette de Le Jour, qui précise que ledit bilan a été établi au terme d’un échange de tirs, dans la nuit de mardi à mercredi dans le chef-lieu de la région du Nord-Ouest, entre des assaillants de la république fantoche de l’«Ambazonie» et des forces de défense et de sécurité.

Ce sont, au total, deux gendarmes et un civil qui sont passés de vie à trépas lors de cet assaut, précise The Guardian Post qui indique que la sécurité a été renforcée dans la ville, en même temps qu’une chasse à l'homme a été engagée en vue de retrouver les assaillants.

Afin de resserrer les mailles du filet autour des indépendantistes tueurs, mais aussi prévenir d’autres dérapages, un couvre-feu a par ailleurs été instauré dans le département de la Mezam par le préfet Pierre Songo, qui jusqu’au 23 novembre 2017 interdit formellement les déplacements entre 22 heures à 5 heures.

Dans la localité de Jakiri, ajoute la publication, l'arme qui avait été emportée, lundi dernier après l'assassinat du gendarme major Bienvenue Djolay par d’autres assaillants, alors qu’il s’opposait à leur projet d’incendie du lycée technique local, a été retrouvée.

L’on apprend ainsi que le pistolet de l’homme en tenue a été déposé par une main inconnue à proximité du palais abritant la société secrète «Nso», qui avait donné un ultimatum de 24 heures aux présumés assassins pour ramener l'arme emportée.

A Bamenda, c’est l’ordre qu’on assassine, renchérit Mutations qui rappelle qu’avant cet épisode des tueries à l’arme à feu en trois jours, les sécessionnistes avaient déjà usé de l’attaque à la bombe dans plusieurs localités des zones revendiquées, «un nouveau virage dans la crise anglophone, au moment où le dialogue est justement attendu».

Voici donc la confirmation de ce que beaucoup appréhendaient depuis quelques mois, à savoir, constate Émergence, le choix de la lutte armée par les séparatistes.

En ciblant les éléments des forces de défense et de sécurité, les «Ambazoniens» recherchent la déflagration et la stratégie de la guérilla qui rendra désormais incontrôlables par le pouvoir central des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

«Les sécessionnistes déclarent la guerre au Cameroun», confirme l’hebdomadaire L’Essentiel avant de se poser cette question : «Que doit faire un Etat quand un groupe armé s’en prend à ses populations, pose des bombes, incendie des écoles, des hôpitaux et des bâtiments publics et paralyse des régions entières avec les ‘’villes mortes’’ ?»

Et cette publication de continuer ainsi dans sa révolte épistolaire : «Que doit faire un État lorsque des militaires et des gendarmes sont froidement assassinés ? Les sécessionnistes, qui viennent de tuer trois membres des forces de l’ordre à Jakiri et à Bamenda, sont montés d’un cran dans le combat qu’ils ont engagé pour imposer la partition des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Les partisans de l’Ambazonie ont cette fois bel et bien déclaré la guerre à l’État du Cameroun.»

Les républicains doivent résister au leurre sécessionniste, répond en écho InfoMatin : les aspirants à la magistrature suprême doivent opter pour la concurrence transparente et démocratique, les menaces de recours à l'épreuve de force apparaissent comme la voie en raccourci des assoiffés de pouvoir, convaincus de leur inaptitude à y accéder par les urnes.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Vent de sinistrose en couverture des journaux camerounais L’incendie, la veille au soir du bâtiment abritant l’Assemblée nationale à Yaoundé, la capitale du pays, mais aussi l’annulation spectaculaire, par le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (MINFOPRA), Michel Ange Angouing, des admissibilités aux concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM), faisaient les choux gras des journaux camerounais parus vendredi.
La politique et l’économie s’adjugent les faveurs de la presse camerounaise La rentrée mouvementée, la veille, du Parlement en session budgétaire, dans un contexte de crise anglophone aiguë, mais également des sujets à caractère économie, ont meublé les colonnes des journaux camerounais parus mercredi.
L’économie et le front de la crise anglophone font les choux gras de la presse camerounaise Des sujets à connotation économique, avec pour point d’orgue la session budgétaire du Parlement mais également la croisade contre les sécessionnistes contre qui le gouvernement vient de déclarer la guerre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, faisaient quasiment l’unanimité des sujets abordés par les journaux camerounais parus mardi.
La politique et l’économie en couverture des journaux camerounais Les inquiétudes qui continuent de monter en même temps que la violence armée dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais également des sujets à connotation économique, constituaient l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus vendredi.
La brusque montée de tension en régions anglophones préoccupe les journaux camerounais Les récentes attaques armées, attribuées à des activistes de la sécession des zones anglophones du pays et qui ont déjà coûté la vie à 5 personnes au moins, s’affichent en couverture des journaux camerounais parus jeudi.
Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’ Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’heure.
La politique se paie les couvertures des journaux camerounais Très peu de journaux camerounais, parus mardi, ont échappé à la tentation du bilan de la célébration, à travers le pays, la veille, des 35 ans de pouvoir de Paul Biya à la magistrature suprême.
Les 35 ans de pouvoir de Paul Biya en couverture des journaux camerounais Chacun avec ses mots, les journaux camerounais parus lundi ont réservé de larges espaces à la célébration, le même jour, des 35 ans de Paul Biya à la tête du pays.
Un triple infanticide émeut les journaux camerounais L’assassinat, mercredi par un père de famille, de ses trois enfants dans la capitale du pays, Yaoundé, s’affichait en lettres de sang en couverture des journaux camerounais parus vendredi, juste à côté d’autres titres à caractère sociopolitique.
La diversité s’affiche en couverture des journaux camerounais La politique, l’économie et l’intégration sous-régionale constituaient les principaux sujets traités par les journaux camerounais parus jeudi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous