BETA
Recherche personnalisée
English
Samedi, 18 Novembre 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 11/8/2017 12:11:05 PM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’

Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’heure.


Auscultant la ventilation du projet de budget de l’État pour 2018, Émergence constate que les grandes tendances ne devraient pas évoluer, les Travaux publics tenant toujours le haut de l’affiche suivis des Enseignements secondaires, de la Santé publique et de la Défense.

Il est néanmoins noté la baisse de l’enveloppe dédiée aux Sports, en pleins préparatifs de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football messieurs de 2019, et ce alors que la part de la présidence de la République, bien que connaissant également une légère décrue, permet de constater que cette administration budgétivore dépensera un peu plus de 104 millions FCFA par jour l’année prochaine.

Le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune (CT), loin des sujets qui fâchent, est tranquillement allé faire un tour sur le site du tout premier centre de traitement post-récolte du cacao du pays sis à Nkog-Ekogo (Centre) : une infrastructure couvrant 3000 mètres carrés, pour une capacité de production de 225 tonnes annuels et qui est par ailleurs l’une des trois structures du genre à être inaugurée.

Dans un contexte où les coûts du cacao ont chuté sur le marché international, cette initiative, selon le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, est à louer car participant de l’amélioration de la qualité du cacao produit au Cameroun.

Dans Le Quotidien de l’Économie, ce sont les conditions de la fusion des Bourses de valeurs immobilières de Libreville (Gabon) et Douala (Cameroun) qui préoccupent.

Après l’annonce de l’unification de ces deux places financières, faite la semaine dernière à N’Djamena (Tchad) au terme d’un sommet de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), l’heure est désormais au doute, affirme la publication qui se fait l’écho des «dures réalités du terrain» qui pourraient faire traîner la restructuration sur de longues années.

Une autre équation à régler, en matière d’intégration sous-régionale et que signale repères, c’est la sécurisation des frontières qui coûtera 1,7 milliard FCFA, dans un environnement où règne le terrorisme et bien d’autres menaces à la stabilité des Etats.

Sous le titre «La politique économique de Trump inquiète la BEAC», le même journal a revisité le communiqué final ayant sanctionné les travaux du Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque des États de l’Afrique Centrale (BEAC), tenu en marge des travaux de la CEMAC : depuis son accession à la Maison Blanche comme 45ème président des États-Unis, Donald Trump a engagé des mutations dont les résultats n’augurent pas toujours de lendemains meilleurs pour l’économie mondiale.

Et de citer pêle-mêle la volonté de la nouvelle administration américaine de fermer les frontières à l'immigration, et ses politiques protectionnistes pourraient entraîner une guerre commerciale entre les États-Unis et le reste du monde.

Mais Repères focalise davantage ses flèches sur le ministre de l’Eau et de l’Énergie, Basile Atangana Kouna, coupable selon lui «contraire» le chef de l’État Paul Biya en manœuvrant, en coulisses, pour faire aboutir une conciliation amiable qui fait la part belle à la Camerounaise des eaux (CDE), filiale de l’Office national de l’eau du Maroc (ONEP) dont le président de la République a prescrit une rupture du contrat de partenariat pour non atteinte des objectifs.

Dans sa demande de conciliation, explique-t-il, la CDE exige une compensation d’environ 20 milliards FCFA au titre de la rupture de l’équilibre économique et financier, et 20 milliards FCFA au titre des impayés des factures d’eau adressées à l’administration entre 2008 et 2016 qui s’élèvent globalement à un peu plus de 101 milliards FCFA, une exigence qui ne tient pas compte de la perte de plus de 70 milliards FCFA causée au concessionnaire du fait de la non utilisation, par la CDE, de la formule contractuelle de calcul de la redevance à reverser au concessionnaire (Etat), mais également d’une dette de 24 milliards FCFA due au concessionnaire au titre de la redevance calculée par la CDE.

«Diplomatie camerounaise : le grand redéploiement» est la principale manchette de CT, qui revient sur les 5 décrets et arrêtés, signés la veille par le président de la République, portant nomination de nouveaux responsables dans les services centraux et les représentations diplomatiques à l’étranger.

Il s’agit d’une véritable «tsunami» aux Relations extérieures, renchérit Mutations qui évoque un mouvement d’une amplitude rarement connue depuis deux décennies au moins.

Ce que InfoMatin en retient surtout est que dans le vaste mouvement des personnels de la diplomatie, se retrouve en bonne place l’épouse du leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) et l’un des plus farouches opposants au régime de Yaoundé, Maurice Kamto.

Nommée inspecteur général chargé des services, poste créé, Fantchom Wega Suzanne Julie, épouse Kamto, ministre plénipotentiaire, figure désormais dans le premier cercle des responsables du ministère des Relations extérieures, ce qui fait d’elle la «première dame» de ce département.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Vent de sinistrose en couverture des journaux camerounais L’incendie, la veille au soir du bâtiment abritant l’Assemblée nationale à Yaoundé, la capitale du pays, mais aussi l’annulation spectaculaire, par le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (MINFOPRA), Michel Ange Angouing, des admissibilités aux concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM), faisaient les choux gras des journaux camerounais parus vendredi.
La politique et l’économie s’adjugent les faveurs de la presse camerounaise La rentrée mouvementée, la veille, du Parlement en session budgétaire, dans un contexte de crise anglophone aiguë, mais également des sujets à caractère économie, ont meublé les colonnes des journaux camerounais parus mercredi.
L’économie et le front de la crise anglophone font les choux gras de la presse camerounaise Des sujets à connotation économique, avec pour point d’orgue la session budgétaire du Parlement mais également la croisade contre les sécessionnistes contre qui le gouvernement vient de déclarer la guerre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, faisaient quasiment l’unanimité des sujets abordés par les journaux camerounais parus mardi.
La politique et l’économie en couverture des journaux camerounais Les inquiétudes qui continuent de monter en même temps que la violence armée dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais également des sujets à connotation économique, constituaient l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus vendredi.
La brusque montée de tension en régions anglophones préoccupe les journaux camerounais Les récentes attaques armées, attribuées à des activistes de la sécession des zones anglophones du pays et qui ont déjà coûté la vie à 5 personnes au moins, s’affichent en couverture des journaux camerounais parus jeudi.
Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’ Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’heure.
La politique se paie les couvertures des journaux camerounais Très peu de journaux camerounais, parus mardi, ont échappé à la tentation du bilan de la célébration, à travers le pays, la veille, des 35 ans de pouvoir de Paul Biya à la magistrature suprême.
Les 35 ans de pouvoir de Paul Biya en couverture des journaux camerounais Chacun avec ses mots, les journaux camerounais parus lundi ont réservé de larges espaces à la célébration, le même jour, des 35 ans de Paul Biya à la tête du pays.
Un triple infanticide émeut les journaux camerounais L’assassinat, mercredi par un père de famille, de ses trois enfants dans la capitale du pays, Yaoundé, s’affichait en lettres de sang en couverture des journaux camerounais parus vendredi, juste à côté d’autres titres à caractère sociopolitique.
La diversité s’affiche en couverture des journaux camerounais La politique, l’économie et l’intégration sous-régionale constituaient les principaux sujets traités par les journaux camerounais parus jeudi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous