BETA
Recherche personnalisée
English
Samedi, 18 Novembre 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 11/6/2017 11:59:41 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Les 35 ans de pouvoir de Paul Biya en couverture des journaux camerounais

Chacun avec ses mots, les journaux camerounais parus lundi ont réservé de larges espaces à la célébration, le même jour, des 35 ans de Paul Biya à la tête du pays.


Grande photo en pied, la main droite levée en signe de salutation et tout sourire, le chef de l’Etat trône en couverture du quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune à côté de ce titre : «Préservation de la paix et de l’unité nationale : la marque du Renouveau».

En 35 ans de magistrature suprême, explique la publication, le chef de l’Etat a su éviter les écueils et trouver des réponses aux menaces, pour toujours faire triompher les idéaux chers aux pères fondateurs de la République du Cameroun, une et indivisible.

Malgré les multiples crises, le chef de l’Etat s’est forgé une réputation d’«homme de paix», renchérit Repères qui a choisi de revisiter certains évènements ayant marqué son magistère aux plans politique, économique, sécuritaire.

Au final, analyse le bihebdomadaire, «Paul Biya se sera révélé comme un homme de paix, qui a toujours su la préserver, en privilégiant le dialogue, aussi bien dans son pays que dans la sous-région Afrique centrale. D’où certainement sa longévité au pouvoir».

Paul Biya, c’est 35 ans de consolidation du vivre-ensemble, prolonge InfoMatin qui salue «l’esprit camerounais» instauré par l’homme du 6 novembre 1982, constatant que les Camerounais ont toujours été de véritables artisans de l’intégration nationale où les autochtones acceptent leurs compatriotes venus des autres contrées.

Pour l’hebdomadaire Germinal, Paul Biya, c’est plutôt «la malédiction du 6 novembre 1982», un homme qui fait de la figuration depuis son accession aux affaires et qui semble avoir fait sienne cette définition de son règne à l’endroit de ses compatriotes : «Débrouillez-vous, ce n’est pas mon affaire.»

Paul Biya, pour The Post, c’est le règne de l’empereur : 35 ans de slogans creux, de promesses jamais tenues, de culte de la personnalité et de multipartisme dans un environnement de parti-Etat.

Les 35 ans de règne de cet homme peuvent-ils être présentés comme une malédiction, ou une change pour la communauté anglophone ? se demande The Guardian Post qui souligne que jamais, dans la vie du Cameroun indépendant, les frustrations venues des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest n’ont été aussi vives, particulièrement depuis un an avec une répression aveugle contre ceux qui ont osé exiger le fédéralisme, voire la sécession.

La communication gouvernementale, autour de cette crise, signe la défaite de la pensée, selon Le Messager qui ambition par ailleurs de démontrer, anecdotes à l’appui, comment le successeur d’Ahmadou Ahidjo use des institutions, des hommes et des ressources de l’État pour s’éterniser à la tête du Cameroun.

A propos du premier président camerounais, InfoMatin se fait l’écho de l’une des résolutions de la première convention nationale de l’Alliance nationale pour la démocratie et le progrès (Andp), un parti pourtant allié au régime, dont le leader, Amadou Mustapha, est ministre chargé de Missions à la présidence de la République et qui lance un appel interpellatif au régime de Yaoundé : le rapatriement du corps de l’ancien chef de l’État, décédé et inhumé en novembre 1989 à Dakar (Sénégal).

Et si, finalement, il n’était pas candidat à sa propre succession l’année prochaine ? s’interroge Mutations qui entreprend de sonder «le champ des possibles» ainsi que le contexte, marqué par l’embarras de la communauté international vis-à-vis des régimes à vie et les batailles d’appareil au sein du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir).

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Vent de sinistrose en couverture des journaux camerounais L’incendie, la veille au soir du bâtiment abritant l’Assemblée nationale à Yaoundé, la capitale du pays, mais aussi l’annulation spectaculaire, par le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (MINFOPRA), Michel Ange Angouing, des admissibilités aux concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM), faisaient les choux gras des journaux camerounais parus vendredi.
La politique et l’économie s’adjugent les faveurs de la presse camerounaise La rentrée mouvementée, la veille, du Parlement en session budgétaire, dans un contexte de crise anglophone aiguë, mais également des sujets à caractère économie, ont meublé les colonnes des journaux camerounais parus mercredi.
L’économie et le front de la crise anglophone font les choux gras de la presse camerounaise Des sujets à connotation économique, avec pour point d’orgue la session budgétaire du Parlement mais également la croisade contre les sécessionnistes contre qui le gouvernement vient de déclarer la guerre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, faisaient quasiment l’unanimité des sujets abordés par les journaux camerounais parus mardi.
La politique et l’économie en couverture des journaux camerounais Les inquiétudes qui continuent de monter en même temps que la violence armée dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais également des sujets à connotation économique, constituaient l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus vendredi.
La brusque montée de tension en régions anglophones préoccupe les journaux camerounais Les récentes attaques armées, attribuées à des activistes de la sécession des zones anglophones du pays et qui ont déjà coûté la vie à 5 personnes au moins, s’affichent en couverture des journaux camerounais parus jeudi.
Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’ Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’heure.
La politique se paie les couvertures des journaux camerounais Très peu de journaux camerounais, parus mardi, ont échappé à la tentation du bilan de la célébration, à travers le pays, la veille, des 35 ans de pouvoir de Paul Biya à la magistrature suprême.
Les 35 ans de pouvoir de Paul Biya en couverture des journaux camerounais Chacun avec ses mots, les journaux camerounais parus lundi ont réservé de larges espaces à la célébration, le même jour, des 35 ans de Paul Biya à la tête du pays.
Un triple infanticide émeut les journaux camerounais L’assassinat, mercredi par un père de famille, de ses trois enfants dans la capitale du pays, Yaoundé, s’affichait en lettres de sang en couverture des journaux camerounais parus vendredi, juste à côté d’autres titres à caractère sociopolitique.
La diversité s’affiche en couverture des journaux camerounais La politique, l’économie et l’intégration sous-régionale constituaient les principaux sujets traités par les journaux camerounais parus jeudi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous