BETA
Recherche personnalisée
English
Samedi, 18 Novembre 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 11/3/2017 11:25:26 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Un triple infanticide émeut les journaux camerounais

L’assassinat, mercredi par un père de famille, de ses trois enfants dans la capitale du pays, Yaoundé, s’affichait en lettres de sang en couverture des journaux camerounais parus vendredi, juste à côté d’autres titres à caractère sociopolitique.


Le présumé assassin, Stève Michel Ntimbané, 28 ans et qui revenait fraîchement de son exil helvétique, a froidement abattu le fruit de ses propres œuvres avant de se rendre à l’ambassade de Suisse, relate Mutations.

Que comptait-il donc obtenu en trouvant refuge dans cette représentation diplomatique ? s’interroge gravement Le Messager, qui précise que les trois malheureux étaient âgés respectivement de 13 ans, 6 ans et 3 ans.

Les corps des enfants, rapidement enterrés dans une fosse commune dans la banlieue de la ville à cause de leur état, ont été retrouvés dans leur lit, en état de putréfaction, raconte le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune (CT) : l’aînée avait un traumatisme au niveau de la tête, tandis que les deux autres, des garçons, ont été poignardés à plusieurs reprises.

L’homme, renchérit Le Jour, vivait avec ses trois enfants depuis le début de l’année scolaire 2017-2018 et se faisait aider par une femme de ménage, qui tenait la maison en journée et à qui il a demandé par téléphone de ne pas venir au travail.

A la délégation régionale de la police judiciaire, ajoute Le Messager, Stève Michel Ntimbané, depuis son arrestation, refuse de s’exprimer après avoir juste déclaré qu’il n’était pas l’auteur de ces meurtres.

Dans un chapitre un peu plus réjouissant, CT salue le retour de la vie dans les zones de conflit jadis objet de fréquents assauts de la secte islamiste Boko Haram dans l’Extrême-Nord.

L’éducation a repris ainsi que l’agriculture, avec la réduction des attaques, grâce à la nouvelle tactique consistant à construire des tranchées autour des sites d’habitation, d’une part, et d’autre part autour de certaines agglomérations.

L’armée, à l’origine de cette technique de prévention, ambitionne d’atteindre la réalisation de 180 kilomètres de tranchées de Tildé (Nigeria) à Waza (Cameroun), et le résultat de la ceinture dans la localité de Kolofata par des tranchées, par exemple, est palpable sur le terrain.

«Les tranchées, explique alors un membre d’un comité de vigilance, sont érigées de sorte que lorsqu’un étranger arrive à pied, il est obligé de les contourner pour se retrouver à 200 mètres du point de contrôle d’un comité de vigilance. A distance, il est examiné pour qu’on s’assure qu’il ne porte aucun engin explosif.»

Une autre histoire, tout aussi triste, s’affiche en couverture de The Post qui, à travers le député «rebelle» Joseph Wirba, a entrepris de faire le bilan de la répression de l’armée les 22 septembre et 1er octobre : 122 personnes massacrées, 150 portées disparues, 1894 blessés, 1600 déplacés et 40.000 ayant trouvé refuge au Nigeria voisin.

Une autre question angoissante, que relaie Le quotidien de l’Économie, est l’état des routes du pays en état de dégradation avancée, en grande partie à l’origine des accidents de la circulation qui font des dizaines de morts depuis le début de l’année en cours.

Pendant ce temps, l’hebdomadaire satirique Le Popoli, sous le titre «Au pays de toutes les incertitudes», représente la caricature du président Paul Biya plongé dans un sommeil profond, avec autour de lui des collaborateurs tentant de réparer les dégâts causés par Boko Haram mais aussi la crise anglophone, sans oublier l’angoisse des préparatifs de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football messieurs de 2019.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Vent de sinistrose en couverture des journaux camerounais L’incendie, la veille au soir du bâtiment abritant l’Assemblée nationale à Yaoundé, la capitale du pays, mais aussi l’annulation spectaculaire, par le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (MINFOPRA), Michel Ange Angouing, des admissibilités aux concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM), faisaient les choux gras des journaux camerounais parus vendredi.
La politique et l’économie s’adjugent les faveurs de la presse camerounaise La rentrée mouvementée, la veille, du Parlement en session budgétaire, dans un contexte de crise anglophone aiguë, mais également des sujets à caractère économie, ont meublé les colonnes des journaux camerounais parus mercredi.
L’économie et le front de la crise anglophone font les choux gras de la presse camerounaise Des sujets à connotation économique, avec pour point d’orgue la session budgétaire du Parlement mais également la croisade contre les sécessionnistes contre qui le gouvernement vient de déclarer la guerre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, faisaient quasiment l’unanimité des sujets abordés par les journaux camerounais parus mardi.
La politique et l’économie en couverture des journaux camerounais Les inquiétudes qui continuent de monter en même temps que la violence armée dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais également des sujets à connotation économique, constituaient l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus vendredi.
La brusque montée de tension en régions anglophones préoccupe les journaux camerounais Les récentes attaques armées, attribuées à des activistes de la sécession des zones anglophones du pays et qui ont déjà coûté la vie à 5 personnes au moins, s’affichent en couverture des journaux camerounais parus jeudi.
Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’ Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’heure.
La politique se paie les couvertures des journaux camerounais Très peu de journaux camerounais, parus mardi, ont échappé à la tentation du bilan de la célébration, à travers le pays, la veille, des 35 ans de pouvoir de Paul Biya à la magistrature suprême.
Les 35 ans de pouvoir de Paul Biya en couverture des journaux camerounais Chacun avec ses mots, les journaux camerounais parus lundi ont réservé de larges espaces à la célébration, le même jour, des 35 ans de Paul Biya à la tête du pays.
Un triple infanticide émeut les journaux camerounais L’assassinat, mercredi par un père de famille, de ses trois enfants dans la capitale du pays, Yaoundé, s’affichait en lettres de sang en couverture des journaux camerounais parus vendredi, juste à côté d’autres titres à caractère sociopolitique.
La diversité s’affiche en couverture des journaux camerounais La politique, l’économie et l’intégration sous-régionale constituaient les principaux sujets traités par les journaux camerounais parus jeudi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous