BETA
Recherche personnalisée
English
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 9/27/2017 10:39:16 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Le non de l’Assemblée nationale à la partition du pays en vedette dans la presse camerounaise

En réagissant, une année après le début des soulèvements dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le bureau de l’Assemblée nationale a provoqué un véritable tollé dans les journaux camerounais parus mercredi.


«Tentative de partition du Cameroun : l’Assemblée nationale dit non», affiche le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, qui se fait fort de relayer le communiqué, publié la veille par le bureau de la Chambre basse, qui a opportunément dénoncé les actes de violence intervenus le week-end dernier.

Ce conclave était pourtant loin du consensus ainsi clamé, relativise The Guardian Post qui souligne que le député Joseph Mbah Ndam, issu du Front social démocratique (SDF, opposition), par ailleurs vice-président de l’Assemblée, a outrageusement boycotté cette réunion de crise convoquée dans des circonstances floues.

Pour faire plus simple, InfoMatin estime que le président de ladite Chambre, Cavaye Yeguie Djibril et son bureau ont perdu une bonne occasion de se taire : cachés dans une pièce climatisée à Yaoundé, la capitale, ils pressent l’exécutif d’opter pour la main de fer contre les partisans de la sécession alors que, élus du peuple, on se serait attendu, depuis le début, à une démarche moins brutale.

D’aucuns avaient vainement espéré qu’en tant qu’élus du peuple, ces femmes et ces hommes, parce que censés mieux maîtriser ledit peuple de qui ils tirent leur légitimité, investissent le terrain pour écouter avant de suggérer des pistes de solutions aux pouvoirs publics.

«Pour tout dire, les députés seraient plus utiles à la nation en allant mouiller la chemise sur le terrain, au contact des populations qui les ont élus, plutôt que de plastronner et de montrer les muscles par procuration à travers des communiqués mièvres.»

Pour Le Messager, Cavaye Yeguie Djibril, 3ème personnalité de la République, a juste «fait son show» en donnant l’impression d’exister et en signant, tout seul, un communiqué engageant tout le bureau de la Chambre.

Pour Emergence, c’est plutôt la peur du 1er octobre 2017 qui a créé la peur panique et cette sortie du Parlement : cette date, que les sécessionnistes présentent comme le jour du mariage forcé, en 1961, des Cameroun anglophone et francophone, donne généralement lieu à des actes de défiance de la communauté anglophone vis-à-vis du pouvoir de Yaoundé.

Un autre qui sort lui aussi du bois, c’est le leader du SDF, John Fru Ndi qui, dans Mutations, consent enfin à expliquer les raisons de son mutisme depuis une année que dure la crise et, pour finir, dit son opposition totale à toute idée de partition du Cameroun.

D’autres qui continuent de faire le mort pendant que le feu se propage, ce sont les partis politiques dont les dirigeants sont originaires du septentrion francophone, que L’œil du Sahel n’a point entendu alors qu’ils sont souvent prompts à se saisir des sujets qui ne concernent que les régions de l’Adamaoua, du Nord et de l’Extrême-Nord.

«Mais où donc sont les leaders de la contestation ?», s’interroge Repères, pour qui tout laisse croire que le soulèvement des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest est l’œuvre d’un architecte, alors que personne aujourd’hui ne veut assumer officiellement le leadership de la contestation.

Une partie de l’opinion sait que la contestation est l’œuvre d’un puissant lobby anglophone très actif à l’étranger, et particulièrement aux Etats-Unis, mais pour l’identité des véritables donneurs d’ordre on en est réduit à quelques noms bien connus d’anciens journalistes de l’audiovisuel public, eux aussi désormais basés hors du Cameroun.

Il n’est pas jusqu’au système bancaire qui ne soit sérieusement affecté par cette crise, constate Le Quotidien de l’Economie qui, sur la question, évoque une «alerte maximale» pouvant impacter sur le reste de l’activité ainsi que la croissance du pays.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Le souvenir de la catastrophe ferroviaire d’Eséka hante les journaux camerounais Le souvenir de la catastrophe ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 en gare d’Eséka hantait les journaux camerounais parus vendredi, au même titre que des sujets controversés à caractère sociopolitique.
La crise anglophone revient au-devant de la scène dans les journaux camerounais L’annonce, par le gouvernement, de l’envoi de missions spéciales de réconciliation d’élites dans les régions sous tension du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, aussitôt suivie du rejet de ladite initiative par les activistes anglophones, a réactivé la controverse dans les journaux camerounais parus lundi.
Economie et politique en vitrine dans les journaux camerounais Le bras de fer entre deux acteurs du secteur des télécommunications, l’annonce de la candidature d’un acteur de la lutte contre la corruption à l’élection présidentielle et le jeu d’ombre des acteurs de la crise anglophone trônent en bonne place au menu des journaux camerounais parus jeudi.
Politique et économie en couverture des journaux camerounais Les tensions identitaires, dans le chaudron des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais aussi les mauvaises performances sur le terrain de l’économie, constituent l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus mercredi.
Forte teneur d’économie en couverture des journaux camerounais Passé les moments de grande frayeur consécutive aux troubles identitaires dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les journaux camerounais parus jeudi ont renoué avec une actualité «normale» essentiellement tournée vers l’économie.
La presse camerounaise ne lâche pas la crise anglophone Comme s’ils s’étaient passé le mot, les journaux camerounais parus mercredi sont restés focalisés sur la grande tension qui règne dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où les revendications des sécessionnistes ont fait plusieurs morts dimanche dernier.
Les journaux camerounais se penchent sur les lendemains de grande tension en zone anglophone Les journaux camerounais parus lundi se sont attelés au bilan humain, politique et psychologique de la journée mouvementée du 1eroctobre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, au cours de laquelle des activistes de la sécession avaient annoncé la proclamation de la partition du pays.
La presse camerounaise retient son souffle devant la menace de partition du pays Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, à la veille du 1er octobre marquant les 56 ans de la proclamation de l’indépendance de la partie occidentale et la fusion des deux Cameroun, et pour laquelle des mouvements sécessionnistes projettent des actes de défiance contre l’État dans un climat de très haute tension dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.
Le non de l’Assemblée nationale à la partition du pays en vedette dans la presse camerounaise En réagissant, une année après le début des soulèvements dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le bureau de l’Assemblée nationale a provoqué un véritable tollé dans les journaux camerounais parus mercredi.
La crise sociopolitique anglophone en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à une nouvelle montée de tension, à la violence et à la dérive terroriste, consécutives à des revendications sécessionnistes, font la couverture des journaux camerounais parus mardi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous