BETA
Recherche personnalisée
English
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 9/21/2017 11:03:30 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Politique et économie en vedette dans les journaux camerounais

La participation du Cameroun aux travaux de la 72ème Assemblée générale des Nations Unies, mais aussi des sujets à caractère socioéconomique sont en vedette dans les journaux camerounais parus jeudi.


Sous le titre «Donald Trump tance Paul Biya», Emergence se penche sur le discours prononcé par le chef de l’Exécutif américain à l’occasion de la réception en l’honneur des chefs d’Etat présents à la 72ème Assemblée générale des Nations Unies.

Sans le viser nommément, analyse la publication, M. Trump s’en est violemment pris aux présidents inamovibles, pour qui le mot «alternance» n’est qu’une vue de l’esprit et qui préparent le pire pour leurs peuples.

Les présidents à vie n’ont plus leur place dans le monde moderne, ajoute The Guardian Post sur le même sujet, décrivant un Paul Biya particulièrement visé par les propos de M. Trump.

Et ce n’est pas tout, souligne Mutations : pendant que le président de la République se trouve à New York, c’est le Comité de protection des journalistes (CPJ), basé aux Etats-Unis et qui, dans son dernier rapport, accable le Cameroun, l’accusant d’user de la législation antiterroriste de 2014 pour museler les médias à capitaux privés.

«La presse est libre au Cameroun», relaie InfoMatin qui reprend à son compte la réplique tenue la veille par le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary, qui s’en est violemment pris à ce «collectif d’activistes pour la défense des droits des hommes de média basé aux Etats-Unis».

Selon ce membre du gouvernement, au Cameroun «les journalistes exercent leur métier en toute indépendance sans aucune influence », et «non seulement la presse n'est pas muselée, mais ce discours est un discours condescendant, un discours attentatoire à l'honneur et à la dignité de cette grande nation, ce grand peuple qu'on appelle le Cameroun».

«Qui menace la liberté de la presse ?», renchérit L’Essentiel qui semble voguer dans le même sens, et publie force réactions de «professionnels» des médias qui, en chœur, condamnent les amalgames entre délits de presse et délits de droit commun.

Et il n’est pas certain que Paul Biya ait envie de rentrer à son tour dans ces polémiques, lorsqu’il interviendra vendredi à la tribune des Nations Unies dans le cadre du débat général, le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune le voyant davantage «poursuivre son plaidoyer pour un soutien accru en faveur de ceux qui accueillent les réfugiées, parfois sans grands moyens».

Paul Biya pourrait aussi se prononcer sur la lutte contre le terrorisme, devenue une préoccupation internationale, sans oublier la crise anglophone, née des revendications légitimes des syndicats d’enseignants et des avocats, et qui «a ensuite été instrumentalisée par des extrémistes qui veulent porter atteinte à la paix et à l’unité du Cameroun, acquise sous la tutelle des Nations Unies».

Revenant sur le programme d’ajustement économique prescrit par le Fonds monétaire international (FMI) au pays, Baromètre Communautaire évoque la «pilule amère» que le gouvernement s’apprête à faire avaler aux Camerounais : hausse de l’impôt sur le revenu des personnes physiques, baisse des exonérations fiscales pour les entreprises.

Au total, résume la publication, le pays a pris 39 engagements pour 2017-2019, et est obligé de communiquer à cette institution financière toute circulaire, décision, arrêté, décret, ordonnance, loi ayant des implications économiques ou financières.

Évoquant les tractations autour du transfert attendu des personnels de l’opérateur privé d’électricité Eneo vers la nouvelle Société nationale de transport d'électricité (Sonatrel), InfoMatin parle d’un processus institutionnel encadré par l'État et la Banque mondiale, et qui «trouve un écho favorable auprès des destinataires».

Le Quotidien de l’Économie, sous le titre «Discussions électriques entre les syndicats d’Eneo et Sonatrel», ne semble pas voir les choses sous le même angle qui explique que le personnel de l’opérateur historique n’entend pas être transféré à la société désormais en charge du transport d’électricité sans avoir renégocié ses conditions de travail et ses droits sociaux.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Le souvenir de la catastrophe ferroviaire d’Eséka hante les journaux camerounais Le souvenir de la catastrophe ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 en gare d’Eséka hantait les journaux camerounais parus vendredi, au même titre que des sujets controversés à caractère sociopolitique.
La crise anglophone revient au-devant de la scène dans les journaux camerounais L’annonce, par le gouvernement, de l’envoi de missions spéciales de réconciliation d’élites dans les régions sous tension du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, aussitôt suivie du rejet de ladite initiative par les activistes anglophones, a réactivé la controverse dans les journaux camerounais parus lundi.
Economie et politique en vitrine dans les journaux camerounais Le bras de fer entre deux acteurs du secteur des télécommunications, l’annonce de la candidature d’un acteur de la lutte contre la corruption à l’élection présidentielle et le jeu d’ombre des acteurs de la crise anglophone trônent en bonne place au menu des journaux camerounais parus jeudi.
Politique et économie en couverture des journaux camerounais Les tensions identitaires, dans le chaudron des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais aussi les mauvaises performances sur le terrain de l’économie, constituent l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus mercredi.
Forte teneur d’économie en couverture des journaux camerounais Passé les moments de grande frayeur consécutive aux troubles identitaires dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les journaux camerounais parus jeudi ont renoué avec une actualité «normale» essentiellement tournée vers l’économie.
La presse camerounaise ne lâche pas la crise anglophone Comme s’ils s’étaient passé le mot, les journaux camerounais parus mercredi sont restés focalisés sur la grande tension qui règne dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où les revendications des sécessionnistes ont fait plusieurs morts dimanche dernier.
Les journaux camerounais se penchent sur les lendemains de grande tension en zone anglophone Les journaux camerounais parus lundi se sont attelés au bilan humain, politique et psychologique de la journée mouvementée du 1eroctobre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, au cours de laquelle des activistes de la sécession avaient annoncé la proclamation de la partition du pays.
La presse camerounaise retient son souffle devant la menace de partition du pays Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, à la veille du 1er octobre marquant les 56 ans de la proclamation de l’indépendance de la partie occidentale et la fusion des deux Cameroun, et pour laquelle des mouvements sécessionnistes projettent des actes de défiance contre l’État dans un climat de très haute tension dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.
Le non de l’Assemblée nationale à la partition du pays en vedette dans la presse camerounaise En réagissant, une année après le début des soulèvements dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le bureau de l’Assemblée nationale a provoqué un véritable tollé dans les journaux camerounais parus mercredi.
La crise sociopolitique anglophone en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à une nouvelle montée de tension, à la violence et à la dérive terroriste, consécutives à des revendications sécessionnistes, font la couverture des journaux camerounais parus mardi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous