BETA
Recherche personnalisée
English
Jeudi, 18 Janvier 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 9/13/2017 11:14:37 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

La politique et la sécurité disputent à la crise anglophone la une de la presse camerounaise

Alors que la crise anglophone continue de les tenir en haleine, les journaux camerounais parus mercredi ne s’intéressent pas moins à d’autres questions à caractère politique et sécuritaire.


Face à l’incertitude grandissante dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, The Guardian Post signale l’«exode massif des Anglophones vers les régions francophones» : hommes d’affaires, étudiants, enseignants et autres travailleuses du sexe se mettent à l’abri, face à la radicalisation du mouvement contestataire porté par les partisans de l’«Ambazonie», une république imaginaire désormais présentée comme indépendante du Cameroun oriental.

Toujours est-il que la même publication, citant quelques observateurs de la chose, évoque une démarche contre-productive, aussi bien pour l’économie que pour l’éducation des enfants, confrontés depuis une année aux «villes mortes» et «école morte», aux actes de vandalisme et de défiance vis-à-vis du régime de Yaoundé.

Dans cette foule de nouveaux «exilés», rapporte Emergence, ce sont les parents d’élèves qui ne cachent plus leur colère, eux qui se considèrent comme principales victimes de l’intransigeance et de la surenchère politique des extrémistes anglophones.

Selon Le Messager, la Grande Bretagne, sollicitée pour son soutien dans cette initiative, vient de rejeter la requête du Southern Cameroon National Congress (SCNC), autre mouvement anglophone réclamant la sécession du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, rappelant que le pays s’est engagé dans la voie de l’Etat unitaire depuis 1961 et invitant ses promoteurs à créer un parti politique pour légitimer leur combat.

Mais le Foreing Office, le ministère britannique n’est pas plus tendre avec le gouvernement, qu’il invite à instaurer un dialogue franc et inclusif afin de trouver une solution durable à a crise anglophone.

La Grande Bretagne est furieuse contre la sécession, résume pour sa part Emergence qui se fait également l’écho du même revers subi par les «Ambazoniens».

Ce dossier, mais également les questions liées au respect des droits de l’homme et des libertés par le Cameroun, devrait, selon L’œil du Sahel, être évoqué au cours de la 72ème session de l’Assemblée général des Nations Unies à New York (Etats-Unis), à laquelle Paul Biya prendra part en début de semaine prochaine.

Et il n’est pas exclu, renchérit InfoMatin, que le chef de l’Etat procède à un grand chambardement au sein des institutions avant ce déplacement, lui qui, depuis lundi, a reçu en file indienne dignitaires du régime, probables membres du gouvernement et hauts gradés de la sécurité mais «préserve le suspense quant à la finalité de ce branle-bas».

Paul Biya consulte effectivement, appuie Le Point Hebdo, qui lui aussi a remarqué une procession de limousines à la présidence de la République depuis quelques jours, l’ambiance étant rythmée par le ballet de limousines déposant ou réembarquant leurs illustres passagers.

Mais que faisait donc le commandant de brigade de gendarmerie de Fotokol avec 4208 téléphones portables dans son bureau ? Telle est la question qui taraude L’œil du Sahel qui fait état de l’interpellation musclée de cet homme en tenue, en pleine région de l’Extrême-Nord où sévit la secte islamiste Boko Haram, cachant à peine ses soupçons de collusion entre le gradé et les terroristes.

Selon la même publication, Salam Institute, un centre de formation aux métiers des technologies de l’information et de la communication (TIC), encadre actuellement plus de 400 jeunes contre la secte islamiste Boko Haram avec, pour principaux modules la radicalisation, l’apatridie et les réseaux sociaux en rapport avec le terrorisme.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Economie et politique en couverture des journaux camerounais Le clair-obscur dans la sphère de l’économie nationale, mais également des sujets à caractère politique meublent les contenus des journaux camerounais parus mardi.
Diversité dans les colonnes de la presse camerounaise La première hécatombe sur la route depuis le début de l’année, la visite d’inspection de la Confédération africaine de football (CAF) en rapport avec la Coupe continentale des nations (CAN) 2019, la vente publique de produits alimentaires non conformes aux normes, trônaient en bonne place dans les colonnes des journaux camerounais parus lundi.
CAN 2019 et crise anglophone au menu des journaux camerounais La visite d’inspection des chantiers d’infrastructures de Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019 par la Confédération africaine de la discipline (CAF) ainsi que les derniers développements de la crise anglophone sont à l’affiche des journaux camerounais parus vendredi.
Politique, social et crise anglophone au menu des journaux camerounais Des sujets à caractère politique occupent ce mardi une large place dans les journaux camerounais qui s’intéressent également à des sujets relatifs au social ou à la crise anglophone.
Les vœux du corps diplomatique à Biya au menu des journaux camerounais Les journaux camerounais parus vendredi sont, pour l’essentiel, revenus sur la cérémonie de la veille durant laquelle les membres du corps diplomatique et des corps constitués nationaux ont présenté leurs vœux au chef de l’Etat.
L’arrestation de l’écrivain Nganang et la crise anglophone préoccupent les journaux camerounais La controverse autour de la mise aux arrêts de l’écrivain et activiste Patrice Nganang, accusé d’avoir proféré des menaces de mort contre le chef de l’Etat et des obscénités contre le couple présidentiel, mais également la crise sociopolitique sans fin dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, ont continué d’animer les pages des journaux camerounais parus lundi.
La diversité s’affiche en couverture des journaux camerounais Des histoires à polémique de gros sous, un zeste de controverse sur le champ économique et politique, auront constitué le menu des journaux camerounais parus mercredi.
La politique fait de la résistance dans les journaux camerounais Un vent d’indignation parcourait les journaux camerounais parus mardi avec en vedette l’interdiction la veille, par le président de l’Assemblée nationale, Cavaye Yeguie Djibril, d’une conférence de presse de la députée Tomainou Ndam Njoya (Union démocratique du Cameroun (UDC, opposition), qui comptait s’expliquer après son agression sur son camarade Richard Wallang du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir), vendredi dernier lors d’une séance plénière en plein hémicycle.
La fin chaotique de la session parlementaire en couverture des journaux camerounais Bien plus que les sujets à caractère économique, ou encore la crise anglophone, c’est la fin chaotique, vendredi à l’Assemblée nationale, de la session consacrée au vote du budget de l’État, qui a retenu l’attention des journaux camerounais parus lundi.
L’offensive de l’armée contre les sécessionnistes au menu des journaux camerounais Les opérations de l’armée, à la suite aux déclarations guerrières du chef de l’État contre les sécessionnistes dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, retiennent l’attention des journaux camerounais parus vendredi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous