BETA
Recherche personnalisée
English
Mardi, 21 Novembre 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 8/31/2017 10:45:41 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

La libération des activistes anglophones en couverture des journaux camerounais

En annonçant, la veille l’arrêt des poursuites judiciaires devant le tribunal militaire contre des leaders du mouvement sécessionniste anglophone, le président Biya s’est adjugé les principales manchettes des journaux camerounais parus jeudi.



L’apaisement, qu’évoque Le Quotidien de l’Économie et Le Jour, est le mot qui revient régulièrement dans les analyses pour qualifier l’acte présidentiel qui vise des syndicalistes, mais également des leaders du Consortium de la société civile anglophone.

Cette mesure n’est pas gratuite, si l’on s’en tient aux actes d’accusation portés contre les intéressés, insiste Émergence qui liste ainsi les crimes à eux reprochés : coaction de terrorisme, hostilité contre la patrie, sécession, révolution, insurrection, outrage à corps constitués et aux fonctionnaires, excitation à la guerre civile et propagation de fausses nouvelles.

«Pour mettre un terme à la crise anglophone, constate l’hebdomadaire Baromètre Communautaire, le chef de l’Etat a décidé de manier le bâton et la carotte, l’arrêt des poursuites judiciaires contre les activistes participant du souci d’apaisement et de cohésion sociale, en vue d’assurer une rentrée scolaire effective sur toute l’étendue du territoire.»

C’est effectivement «libération des prisonniers contre rentrée scolaire, confirme Mutations, qui souhaite que le message d’apaisement ne donnera pas lieu à de la surenchère politique de la part des sécessionnistes.

«Freed at last» (enfin libres), s’exclame The Guardian Post sur quatre colonnes en couverture, affichant les portraits des principaux meneurs de la contestation anglophone que sont l’avocat Nkongho Felix Agbor, l’enseignant d’université Fontem Neba et le magistrat Paul Ayah Abine.

InfoMatin a fait le même choix graphique, sous le titre «Libres, mais ça ne suffit pas» : la communauté anglophone dit merci au chef de l’État, mais exige désormais que ses ressortissants soient à la tête de ministères de souveraineté tels que la Défense, l’Éducation ou encore les Finances.

«Il serait hasardeux de considérer l’acte de mansuétude du chef de l’État comme de la lâcheté : en bon père de famille, il opte pour le vivre-ensemble plutôt que de prêter le flanc à ceux qui rêvent secrètement d’une escalade de la violence en zone anglophone pour tirer les marrons du feu.»

Paul Biya va au-delà de la mansuétude, rétorque The Median, il met sévèrement en garde les ennemis de la paix, de la concorde nationale et du développement du Cameroun, promettant cette fois des sanctions appropriées contre ceux qui ne rêvent que de voir le Cameroun à feu et à sang.

En usant des prérogatives que lui confère la Loi fondamentale, écrit L’Essentiel, le président Biya démontre sa grandeur d’homme d’État qui sait écouter et pardonner, à la grande satisfaction des défenseurs des droits de l’homme et autres leaders politiques, qui voient dans cet acte présidentiel une piste vers l’apaisement sociopolitique dans les régions anglophones.

«Paul Biya choisit l’apaisement», analyse le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune : «Passé maître dans l’art d’être imprévisible et de déjouer les pronostics, Paul Biya en a surpris plus d’un hier, en ordonnant l’arrêt des poursuites judiciaires contre des ténors du mouvement de contestation - syndicale à l’origine - et de violences dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Un véritable coup de tonnerre. Mais aussi un acte de clémence louable et hautement significatif, que les bienveillants n’osaient espérer, mais que les partisans du pire redoutaient, conscients des dividendes qu’un tel signal pourrait produire sur le climat social.»

Il ne s’agit point d’une volonté délibérée d’instaurer un climat de confiance entre les communautés anglophone et francophone, affirme pour sa part The Post, qui y voit davantage les conséquences des pressions multiformes auxquelles était soumis le régime de Yaoundé depuis des mois.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Les migrants africains en Libye, la mal-gouvernance, la crise anglophone au menu des quotidiens camerounais Les scènes d’horreur contre des migrants africains en Libye, l’insécurité, la mal-gouvernance, la crise anglophone ainsi que le vent de marasme dans les clubs de football, meublent la Une des quotidiens camerounais parus ce mardi.
Incendie à l’Assemblée, crise anglophone et Mugabe en couverture des quotidiens camerounais L’incendie, survenu dans la nuit de jeudi à vendredi au siège de l’Assemblée nationale est revenu hanter les colonnes des journaux camerounais parus lundi, au même titre que l’escalade de la violence dans les régions anglophones où persistent des revendications sécessionnistes, sans oublier la situation confuse au Zimbabwe où le vieux président, Robert Mugabe, ne cède pas à la contestation de la rue et d’une partie de son armée.
Vent de sinistrose en couverture des journaux camerounais L’incendie, la veille au soir du bâtiment abritant l’Assemblée nationale à Yaoundé, la capitale du pays, mais aussi l’annulation spectaculaire, par le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (MINFOPRA), Michel Ange Angouing, des admissibilités aux concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM), faisaient les choux gras des journaux camerounais parus vendredi.
La politique et l’économie s’adjugent les faveurs de la presse camerounaise La rentrée mouvementée, la veille, du Parlement en session budgétaire, dans un contexte de crise anglophone aiguë, mais également des sujets à caractère économie, ont meublé les colonnes des journaux camerounais parus mercredi.
L’économie et le front de la crise anglophone font les choux gras de la presse camerounaise Des sujets à connotation économique, avec pour point d’orgue la session budgétaire du Parlement mais également la croisade contre les sécessionnistes contre qui le gouvernement vient de déclarer la guerre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, faisaient quasiment l’unanimité des sujets abordés par les journaux camerounais parus mardi.
La politique et l’économie en couverture des journaux camerounais Les inquiétudes qui continuent de monter en même temps que la violence armée dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais également des sujets à connotation économique, constituaient l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus vendredi.
La brusque montée de tension en régions anglophones préoccupe les journaux camerounais Les récentes attaques armées, attribuées à des activistes de la sécession des zones anglophones du pays et qui ont déjà coûté la vie à 5 personnes au moins, s’affichent en couverture des journaux camerounais parus jeudi.
Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’ Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’heure.
La politique se paie les couvertures des journaux camerounais Très peu de journaux camerounais, parus mardi, ont échappé à la tentation du bilan de la célébration, à travers le pays, la veille, des 35 ans de pouvoir de Paul Biya à la magistrature suprême.
Les 35 ans de pouvoir de Paul Biya en couverture des journaux camerounais Chacun avec ses mots, les journaux camerounais parus lundi ont réservé de larges espaces à la célébration, le même jour, des 35 ans de Paul Biya à la tête du pays.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous