BETA
Recherche personnalisée
English
Samedi, 26 Mai 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 8/4/2017 11:25:42 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Les obsèques mouvementées d’un prélat assassiné et les tribulations d’un ex-patron en une des journaux camerounais

Les obsèques mouvementées, la veille à Bafia (Centre) de l’évêque Jean-Marie Benoît Bala, dont le corps a été repêché des eaux de la Sanaga le 2 juin denier, mais aussi les nouveaux ennuis de l’ancien directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications (ART), Jean Louis Beh Mengue, font les choux gras des journaux camerounais parus vendredi.


Comme c’était le cas il y a quatorze ans, lors de son sacre comme troisième évêque à la tête du diocèse de Bafia, Mgr Jean-Marie Benoît Bala a drainé hier à Bafia des milliers de personnes à la Cathédrale Saint Sébastien venues, cette fois, lui rendre un dernier hommage, rapporte le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune.


Ce que Le Messager a surtout retenu, c’est que le représentant du chef de l’État aux obsèques, le ministre en charge de la Justice, Laurent Esso, a été conspué par l’assistance au moment où il décernait, à titre posthume, la décoration de chevalier de l’Ordre de la valeur à l’évêque de Bafia, les populations rendant le gouvernement responsable de sa mort dans des circonstances troubles.

«Laurent Esso humilié», confirme Émergence : les populations n’ont pas digéré ce qui s’apparente à une cynique mise en scène, et exigent plus que jamais la vérité sur cette disparition controversée au moment où les pouvoirs publics tentent d’imposer la thèse d’une mort par noyade.

«Le représentant spécial du chef de l’État a subi les foudres des fidèles attristés», a également constaté La Nouvelle Expression, de même que l’Église catholique en a profité pour faire le procès du gouvernement et que le vicaire de la cathédrale de Yaoundé, la capitale, en a remis une couche en démasquant les commanditaires de l’assassinat, qui se recrutent dans les milieux homosexuels que combattait le disparu.

Dans son homélie muée en une véritable oraison funèbre, l’archevêque de Yaoundé, Mgr Jean Mbarga, a selon Cameroon Tribune demandé aux chrétiens d’aider à la manifestation de la vérité, face à l’énigme qui entoure la mort de Mgr Jean-Marie Benoît Bala.

La pression s’est d’autant plus accentuée, selon Mutations, que non seulement le président de la Conférence épiscopale nationale, Samuel Kléda, a dénoncé «les obstructions à l’enquête» venues du régime de Yaoundé, mais en plus une forte pression pèse désormais sur les juges, les médecins légistes et les avocats.

«Opération Epervier : Beh Mengue interdit de sortie du Cameroun » , «Lutte contre la corruption : Beh Mengue tente de s’enfuir par Kye-Ossi», titrent en chœur Le Jour et InfoMatin, la première publication citée faisant état d’un message porté, attribué au préfet de la Vallée du Ntem (Sud) et selon lequel l’ex-directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications (ART), limogé le 8 juin dernier, tente d’échapper à la justice de son pays qui l’accuse de malversations financières et fautes de gestion.

Selon une alerte officielle, l’intéressé, confirme son confrère InfoMatin, a déjà essayé de sortir clandestinement du pays à travers la brousse au confluent des frontières avec le Gabon et la Guinée Équatoriale.

«Épinglé pour plusieurs fautes de gestion dont le préjudice total se chiffre à 60 milliards FCFA, il lui est notamment reproché la violation de la réglementation relative au recouvrement des créances de l’État dues par les opérateurs Orange et Mobile Telecommunication Networks (Mtn), pour un préjudice financier de 20,4 milliards FCFA subi par le Trésor public.»

L’étau se resserre autour de l’ex-directeur général de l’ART, renchérit Le Messager pour qui les jours de liberté du concerné sont désormais comptés.

Mais «Beh Mengue dément vouloir fuir le pays», selon Émergence qui a interrogé le principal mis en cause ainsi que son entourage.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
La crise diplomatique avec les USA en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la montée de tension avec l’exécutif américain, dont le chef de mission à Yaoundé a été convoqué au ministère des Relations extérieures pour avoir appelé le président Paul Biya à quitter le pouvoir, occupent le haut de l’affiche des journaux camerounais parus jeudi.
La politique fait de la résistance dans les quotidiens camerounais Comme la veille, les journaux camerounais parus mercredi continuent de se passionner pour la politique, au lendemain de la célébration de la Fête nationale du 20 mai, sur fond de crise anglophone et d’appel controversé des États-Unis au président Paul Biya à quitter le pouvoir, reléguant au second plan les sujets à caractère économique et social.
La politique fait les choux gras de la presse camerounaise Les journaux camerounais parus mardi, au lendemain d’une journée fériée et chômée sur toute l’étendue du territoire, se focalisent sur la célébration contrastée de la Fête de l’unité sur fond de crise anglophone, au cours de laquelle le président Paul Biya a sorti sa dernière limousine hors de prix, mais également sur l’appel des États-Unis au même chef de l’État à passer la main après 37 ans de règne.
Les périls sur l’unité nationale en couverture des journaux camerounais A deux jours de la célébration des 46 ans de l’Unité nationale, les journaux camerounais parus vendredi braquent leurs projecteurs sur les menaces sécessionnistes qui continuent de peser sur les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
La presse camerounaise aux couleurs du «vivre-ensemble» A la veille de la célébration des 46 ans de l’unité nationale, et en pleine crise identitaire de la communauté anglophone d’où s’élèvent des revendications sécessionnistes, les journaux camerounais parus jeudi se focalisent sur la notion de «vivre-ensemble» censée recréer les liens de solidarité et ramener la paix.
Ambiance de malaise en couverture des journaux camerounais Les titres des journaux camerounais parus mercredi ne sont guère réjouissants, de l’économie à la politique en passant par la guerre contre l’islamisme ou l’activisme sécessionniste.
Economie et société en couverture des journaux camerounais A en croire les contenus des journaux camerounais parus mardi, les nouvelles ne sont pas reluisantes sur le front de l’économie au même moment où l’unité nationale, à la veille de la fête national de l’indépendance, reste sous la menace des troubles sécessionnistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Politique et crise anglophone en couverture des journaux camerounais Les batailles d’appareil avant l’élection présidentielle et la crise sécessionniste qui ne faiblit pas dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest constituent l’essentiel des contenus des journaux camerounais parus lundi.
Les journaux camerounais à fond dans la politique Au lendemain de la fête de l’Ascension, les journaux camerounais parus vendredi se focalisent sur les faits politiques, notamment la crise anglophone, la célébration de la Fête nationale et la nouvelle bataille de positionnement entre des alliés du régime.
Religion, économie et politique en couverture des journaux camerounais De la religion au social en passant par l’économie et la politique, les journaux camerounais parus mercredi affichent un menu bigarré.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous