BETA
Recherche personnalisée
English
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 8/4/2017 11:25:42 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Les obsèques mouvementées d’un prélat assassiné et les tribulations d’un ex-patron en une des journaux camerounais

Les obsèques mouvementées, la veille à Bafia (Centre) de l’évêque Jean-Marie Benoît Bala, dont le corps a été repêché des eaux de la Sanaga le 2 juin denier, mais aussi les nouveaux ennuis de l’ancien directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications (ART), Jean Louis Beh Mengue, font les choux gras des journaux camerounais parus vendredi.


Comme c’était le cas il y a quatorze ans, lors de son sacre comme troisième évêque à la tête du diocèse de Bafia, Mgr Jean-Marie Benoît Bala a drainé hier à Bafia des milliers de personnes à la Cathédrale Saint Sébastien venues, cette fois, lui rendre un dernier hommage, rapporte le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune.


Ce que Le Messager a surtout retenu, c’est que le représentant du chef de l’État aux obsèques, le ministre en charge de la Justice, Laurent Esso, a été conspué par l’assistance au moment où il décernait, à titre posthume, la décoration de chevalier de l’Ordre de la valeur à l’évêque de Bafia, les populations rendant le gouvernement responsable de sa mort dans des circonstances troubles.

«Laurent Esso humilié», confirme Émergence : les populations n’ont pas digéré ce qui s’apparente à une cynique mise en scène, et exigent plus que jamais la vérité sur cette disparition controversée au moment où les pouvoirs publics tentent d’imposer la thèse d’une mort par noyade.

«Le représentant spécial du chef de l’État a subi les foudres des fidèles attristés», a également constaté La Nouvelle Expression, de même que l’Église catholique en a profité pour faire le procès du gouvernement et que le vicaire de la cathédrale de Yaoundé, la capitale, en a remis une couche en démasquant les commanditaires de l’assassinat, qui se recrutent dans les milieux homosexuels que combattait le disparu.

Dans son homélie muée en une véritable oraison funèbre, l’archevêque de Yaoundé, Mgr Jean Mbarga, a selon Cameroon Tribune demandé aux chrétiens d’aider à la manifestation de la vérité, face à l’énigme qui entoure la mort de Mgr Jean-Marie Benoît Bala.

La pression s’est d’autant plus accentuée, selon Mutations, que non seulement le président de la Conférence épiscopale nationale, Samuel Kléda, a dénoncé «les obstructions à l’enquête» venues du régime de Yaoundé, mais en plus une forte pression pèse désormais sur les juges, les médecins légistes et les avocats.

«Opération Epervier : Beh Mengue interdit de sortie du Cameroun » , «Lutte contre la corruption : Beh Mengue tente de s’enfuir par Kye-Ossi», titrent en chœur Le Jour et InfoMatin, la première publication citée faisant état d’un message porté, attribué au préfet de la Vallée du Ntem (Sud) et selon lequel l’ex-directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications (ART), limogé le 8 juin dernier, tente d’échapper à la justice de son pays qui l’accuse de malversations financières et fautes de gestion.

Selon une alerte officielle, l’intéressé, confirme son confrère InfoMatin, a déjà essayé de sortir clandestinement du pays à travers la brousse au confluent des frontières avec le Gabon et la Guinée Équatoriale.

«Épinglé pour plusieurs fautes de gestion dont le préjudice total se chiffre à 60 milliards FCFA, il lui est notamment reproché la violation de la réglementation relative au recouvrement des créances de l’État dues par les opérateurs Orange et Mobile Telecommunication Networks (Mtn), pour un préjudice financier de 20,4 milliards FCFA subi par le Trésor public.»

L’étau se resserre autour de l’ex-directeur général de l’ART, renchérit Le Messager pour qui les jours de liberté du concerné sont désormais comptés.

Mais «Beh Mengue dément vouloir fuir le pays», selon Émergence qui a interrogé le principal mis en cause ainsi que son entourage.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Le souvenir de la catastrophe ferroviaire d’Eséka hante les journaux camerounais Le souvenir de la catastrophe ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 en gare d’Eséka hantait les journaux camerounais parus vendredi, au même titre que des sujets controversés à caractère sociopolitique.
La crise anglophone revient au-devant de la scène dans les journaux camerounais L’annonce, par le gouvernement, de l’envoi de missions spéciales de réconciliation d’élites dans les régions sous tension du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, aussitôt suivie du rejet de ladite initiative par les activistes anglophones, a réactivé la controverse dans les journaux camerounais parus lundi.
Economie et politique en vitrine dans les journaux camerounais Le bras de fer entre deux acteurs du secteur des télécommunications, l’annonce de la candidature d’un acteur de la lutte contre la corruption à l’élection présidentielle et le jeu d’ombre des acteurs de la crise anglophone trônent en bonne place au menu des journaux camerounais parus jeudi.
Politique et économie en couverture des journaux camerounais Les tensions identitaires, dans le chaudron des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais aussi les mauvaises performances sur le terrain de l’économie, constituent l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus mercredi.
Forte teneur d’économie en couverture des journaux camerounais Passé les moments de grande frayeur consécutive aux troubles identitaires dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les journaux camerounais parus jeudi ont renoué avec une actualité «normale» essentiellement tournée vers l’économie.
La presse camerounaise ne lâche pas la crise anglophone Comme s’ils s’étaient passé le mot, les journaux camerounais parus mercredi sont restés focalisés sur la grande tension qui règne dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où les revendications des sécessionnistes ont fait plusieurs morts dimanche dernier.
Les journaux camerounais se penchent sur les lendemains de grande tension en zone anglophone Les journaux camerounais parus lundi se sont attelés au bilan humain, politique et psychologique de la journée mouvementée du 1eroctobre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, au cours de laquelle des activistes de la sécession avaient annoncé la proclamation de la partition du pays.
La presse camerounaise retient son souffle devant la menace de partition du pays Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, à la veille du 1er octobre marquant les 56 ans de la proclamation de l’indépendance de la partie occidentale et la fusion des deux Cameroun, et pour laquelle des mouvements sécessionnistes projettent des actes de défiance contre l’État dans un climat de très haute tension dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.
Le non de l’Assemblée nationale à la partition du pays en vedette dans la presse camerounaise En réagissant, une année après le début des soulèvements dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le bureau de l’Assemblée nationale a provoqué un véritable tollé dans les journaux camerounais parus mercredi.
La crise sociopolitique anglophone en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à une nouvelle montée de tension, à la violence et à la dérive terroriste, consécutives à des revendications sécessionnistes, font la couverture des journaux camerounais parus mardi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous