BETA
Recherche personnalisée
English
Samedi, 26 Mai 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 8/1/2017 12:08:30 PM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Économie, politique et gouvernance font les manchettes des journaux camerounais

Les journaux camerounais parus mardi se sont massivement focalisés sur des sujets liés à l’économie, à la politique ainsi qu’aux tracas connus par certains dirigeants en rapport avec la gestion de la fortune publique.


«2ème pont sur le Wouri : le train circule» ; «Le train siffle sur le 2ème pont sur le Wouri», titrent respectivement Cameroon Tribune et Le Quotidien de l’Économie au sujet de la mise en service, la veille dans la métropole économique, Douala, de l’ouvrage ferroviaire qui permet de desservir les régions méridionales et ouest du pays.

Il s’agit en effet, détaille la 2ème publication citée, d’une étape décisive franchie dans l’exécution du projet d’envergure que représente le deuxième pont sur le Wouri sur le plan économique et social, financé à hauteur de 110 milliards FCFA par l’Agence française de développement (AFD) et dont la maquette a fini par prendre corps au fil des mois.

Entre-temps, rebondit InfoMatin, la fièvre d’un remaniement ministériel gagne le sérail au moment où Paul Biya, retiré dans son Mvomeka’a natal depuis quelques jours, a engagé de discrètes consultations en vue de la formation d’une nouvelle équipe.

«A s’en tenir au profil de certains des personnalités ainsi reçues, des sources dignes de foi présagent déjà de l’avènement d’une équipe fortement marquée par une présence d’énarques, dont certains n’ayant jamais flirté avec l’administration publique camerounaise.»

Marafa Hamidou Yaya bouge encore, si l’on en croit The Median qui, se faisant l’écho de la dernière interview de l’ex-ministre d’État et ancien proche collaborateur du président Biya, derrière les barreaux pour 20 ans pour «complicité intellectuelle», continue de se présenter comme la meilleure alternative pour son pays.

Et de préciser, s’agissant de la fameuse «Opération épervier» destinée à traquer les criminels économiques, qu’il s’agit en réalité d’une chasse aux sorcières, chaque dirigeant camerounais étant un prisonnier en puissance, du moment qu’il s’avise d’étaler ses ambitions pour la magistrature suprême.

Un autre ancien ministre (Fonction publique), démissionnaire en son temps et nommé médiateur dans la crise anglophone, Garga Haman Adji, met le chef de l’État en garde contre l’enlisement de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, estimant, dans The Guardian Post, que la situation est encore plus préoccupante que certains dignitaires du régime veulent le faire croire.

Une autre situation des plus inconfortables, que signale Émergence, est celle de l’ancien directeur général de l’Office de radio-télévision publique (CRTV), Amadou Vamoulké, dont le procès vient seulement de s’ouvrir après un an de détention provisoire pour détournement de la somme de 3,2 milliards FCFA.

Et le premier coup de tonnerre a éclaté au Tribunal criminel spécial (TCS), chargé de le juger et qui a rejeté la liste des témoins de l’accusation.

«Vamoulké clame son innocence», renchérit La Nouvelle Expression qui promet déjà un procès riche en rebondissements, tant l’enquête préliminaire aura été émaillée d’irrégularités et d’approximations.

«Vamoulké plaide non coupable», ajoute Le Jour qui constate que certains éléments censés témoigner à charge, contre ce journaliste et manager, ont été rassemblés dans la précipitation au lendemain de son arrestation, le 29 juillet 2016.

Un autre dirigeant en délicatesse avec la fortune publique est affiché dans la manchette principale de CamerPress: le directeur général de l’Autorité portuaire, Josué Youmba. Il lui est reproché d’avoir ordonné des décaissements sans rapport avec l’intérêt et l’activité de son entreprise.

Pêle-mêle, le journal, au travers d’une enquête menée par le Contrôle supérieur de l’État, cite des sorties de fonds «aussi étonnantes» que l’achat massif de caisses de champagne.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
La crise diplomatique avec les USA en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la montée de tension avec l’exécutif américain, dont le chef de mission à Yaoundé a été convoqué au ministère des Relations extérieures pour avoir appelé le président Paul Biya à quitter le pouvoir, occupent le haut de l’affiche des journaux camerounais parus jeudi.
La politique fait de la résistance dans les quotidiens camerounais Comme la veille, les journaux camerounais parus mercredi continuent de se passionner pour la politique, au lendemain de la célébration de la Fête nationale du 20 mai, sur fond de crise anglophone et d’appel controversé des États-Unis au président Paul Biya à quitter le pouvoir, reléguant au second plan les sujets à caractère économique et social.
La politique fait les choux gras de la presse camerounaise Les journaux camerounais parus mardi, au lendemain d’une journée fériée et chômée sur toute l’étendue du territoire, se focalisent sur la célébration contrastée de la Fête de l’unité sur fond de crise anglophone, au cours de laquelle le président Paul Biya a sorti sa dernière limousine hors de prix, mais également sur l’appel des États-Unis au même chef de l’État à passer la main après 37 ans de règne.
Les périls sur l’unité nationale en couverture des journaux camerounais A deux jours de la célébration des 46 ans de l’Unité nationale, les journaux camerounais parus vendredi braquent leurs projecteurs sur les menaces sécessionnistes qui continuent de peser sur les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
La presse camerounaise aux couleurs du «vivre-ensemble» A la veille de la célébration des 46 ans de l’unité nationale, et en pleine crise identitaire de la communauté anglophone d’où s’élèvent des revendications sécessionnistes, les journaux camerounais parus jeudi se focalisent sur la notion de «vivre-ensemble» censée recréer les liens de solidarité et ramener la paix.
Ambiance de malaise en couverture des journaux camerounais Les titres des journaux camerounais parus mercredi ne sont guère réjouissants, de l’économie à la politique en passant par la guerre contre l’islamisme ou l’activisme sécessionniste.
Economie et société en couverture des journaux camerounais A en croire les contenus des journaux camerounais parus mardi, les nouvelles ne sont pas reluisantes sur le front de l’économie au même moment où l’unité nationale, à la veille de la fête national de l’indépendance, reste sous la menace des troubles sécessionnistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Politique et crise anglophone en couverture des journaux camerounais Les batailles d’appareil avant l’élection présidentielle et la crise sécessionniste qui ne faiblit pas dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest constituent l’essentiel des contenus des journaux camerounais parus lundi.
Les journaux camerounais à fond dans la politique Au lendemain de la fête de l’Ascension, les journaux camerounais parus vendredi se focalisent sur les faits politiques, notamment la crise anglophone, la célébration de la Fête nationale et la nouvelle bataille de positionnement entre des alliés du régime.
Religion, économie et politique en couverture des journaux camerounais De la religion au social en passant par l’économie et la politique, les journaux camerounais parus mercredi affichent un menu bigarré.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous