BETA
Recherche personnalisée
English
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 7/28/2017 12:03:23 PM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Gouvernance, société et football se partagent la Une des journaux camerounais

La publication du dernier rapport 2015 de la Chambre des comptes, le deuil national en mémoire de 34 soldats ainsi que les préparatifs de Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019 ont constitué l’essentiel des sujets traités par les journaux camerounais parus vendredi.


Sur le premier thème cité, Mutations relève que l’ex-directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications (ART), Jean Louis Beh Mengue et son adjoint ont, à eux deux et en 24 mois, consommé 13 millions FCFA de frais de téléphone alors que le délégué général à la Sûreté nationale (DGSN, police), Martin Mbarga Nguele, est pour sa part pointé du doigt pour sous-consommation du budget d’investissement public (BIP) en 2014.


En terme de dépenses publiques, ce sont au total 27 milliards FCFA non justifiés qui disparaissent annuellement, poursuit Le Jour.

Pour InfoMatin, il est clairement constaté que la Chambre des comptes, dans ses multiples rapports, esquive soigneusement les gros poissons, se contentant d’épingler de petits fonctionnaires.

D’où un manque de sérieux et un parti-pris évidents, qui ôtent toute crédibilité à cet organe censé veiller sur la fortune publique.

Il reste, ajoute Le Quotidien de l’Économie, que ladite Chambre est elle-même menacée d’asphyxie financière, son budget et ses effectifs n’ayant cessé de dégringoler au fil des ans.

Dans le registre nécrologique, InfoMatin se fait l’écho des deux jours de deuil national décidés par le président Biya en mémoire des 34 soldats du Bataillon d’intervention rapide (BIR) disparus le 16 juillet dernier au large de Debunsha (Sud-Ouest), lors du naufrage de leur bateau et alors qu’ils étaient en route pour la péninsule de Bakassi.

A la suite de cet accident, explique Cameroon Tribune (CT), le président de la République, Paul Biya, avait ordonné l’intensification des recherches, la mise en place d’une cellule de crise au ministère de la Défense pour coordonner les différentes opérations et d’une commission d’enquête.

Bizarrement, glose La Nouvelle Expression, le chef de l’État, chef suprême des armées, est aux abonnés absents lorsqu’il s’agit de rendre hommage à des soldats morts en mission.

CT, s’agissant de l’organisation la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, parle d’une mobilisation nationale depuis l’annonce du passage de 16 à 24 équipes, décidé par la Confédération africaine de football (CAF) il y a une semaine.

En quelques jours, affirme CT, le Cameroun a eu le temps de se réajuster pour pouvoir accueillir six poules désormais, au lieu des quatre initiales, un pays des champions d’Afrique en titre ayant choisi de relever le défi de l’organisation, question d’entrer dignement dans l’histoire comme premier pays à accueillir une CAN à 24.

Et c’est sans doute pour aplanir ce que d’aucuns avaient tôt fait de qualifier de divergences et de gros malentendus, suppute Le Jour, que Paul Biya a invité le président de la CAF, Ahmad Ahmad, à se rendre au Cameroun au cours du mois à venir.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Le souvenir de la catastrophe ferroviaire d’Eséka hante les journaux camerounais Le souvenir de la catastrophe ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 en gare d’Eséka hantait les journaux camerounais parus vendredi, au même titre que des sujets controversés à caractère sociopolitique.
La crise anglophone revient au-devant de la scène dans les journaux camerounais L’annonce, par le gouvernement, de l’envoi de missions spéciales de réconciliation d’élites dans les régions sous tension du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, aussitôt suivie du rejet de ladite initiative par les activistes anglophones, a réactivé la controverse dans les journaux camerounais parus lundi.
Economie et politique en vitrine dans les journaux camerounais Le bras de fer entre deux acteurs du secteur des télécommunications, l’annonce de la candidature d’un acteur de la lutte contre la corruption à l’élection présidentielle et le jeu d’ombre des acteurs de la crise anglophone trônent en bonne place au menu des journaux camerounais parus jeudi.
Politique et économie en couverture des journaux camerounais Les tensions identitaires, dans le chaudron des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais aussi les mauvaises performances sur le terrain de l’économie, constituent l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus mercredi.
Forte teneur d’économie en couverture des journaux camerounais Passé les moments de grande frayeur consécutive aux troubles identitaires dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les journaux camerounais parus jeudi ont renoué avec une actualité «normale» essentiellement tournée vers l’économie.
La presse camerounaise ne lâche pas la crise anglophone Comme s’ils s’étaient passé le mot, les journaux camerounais parus mercredi sont restés focalisés sur la grande tension qui règne dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où les revendications des sécessionnistes ont fait plusieurs morts dimanche dernier.
Les journaux camerounais se penchent sur les lendemains de grande tension en zone anglophone Les journaux camerounais parus lundi se sont attelés au bilan humain, politique et psychologique de la journée mouvementée du 1eroctobre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, au cours de laquelle des activistes de la sécession avaient annoncé la proclamation de la partition du pays.
La presse camerounaise retient son souffle devant la menace de partition du pays Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, à la veille du 1er octobre marquant les 56 ans de la proclamation de l’indépendance de la partie occidentale et la fusion des deux Cameroun, et pour laquelle des mouvements sécessionnistes projettent des actes de défiance contre l’État dans un climat de très haute tension dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.
Le non de l’Assemblée nationale à la partition du pays en vedette dans la presse camerounaise En réagissant, une année après le début des soulèvements dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le bureau de l’Assemblée nationale a provoqué un véritable tollé dans les journaux camerounais parus mercredi.
La crise sociopolitique anglophone en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à une nouvelle montée de tension, à la violence et à la dérive terroriste, consécutives à des revendications sécessionnistes, font la couverture des journaux camerounais parus mardi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous