BETA
Recherche personnalisée
English
Mardi, 21 Novembre 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 7/4/2017 10:58:25 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Société et gouvernance s’affichent en couverture des journaux camerounais

Les journaux camerounais parus mardi ont consacré l’essentiel de leur menu à des sujets liés au social, à l’économie mais également à la gouvernance.


Dans la métropole économique, Douala, selon Mutations, ce ne sont pas tant les inondations qui inquiètent, mais davantage la psychose qui s’est installée chez les commerçants et autres habitués des plus grandes places de marché de cette ville de quelque 3 millions d’âmes, victimes ces derniers mois d’incendies à la fois récurrents et ravageurs.

A l’origine de cette peur panique, explique la publication, l’inapplication chronique des directives édictées par les autorités municipales, mais aussi par les commerçants eux-mêmes et principales proies des flammes : tout se passe comme si la sécurité était l’affaire des autres, les branchements clandestins d’électricité se poursuivant sans coup férir, en attendant le prochain drame.

La Nouvelle Expression (LNE), sur le sujet très controversé de la crise de la dialyse, révèle que des morts commencent à être enregistrés dans les hôpitaux par la faute d’un manque criard de prévision par le ministère de la Santé publique.

Loin de cette sinistrose, le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune (CT), tout comme son confrère Le Jour, indiquent que la prise en charge de l’hémodialyse s’ajuste dans les hôpitaux publics, la solidarité étant mise en place afin de faire face aux perturbations dans l’approvisionnement en composants de kits.

«La cote d’alerte est donc loin d’être atteinte et la prise en charge des malades est effective, malgré quelques perturbations», affirme la première publication citée.

Sur un autre front, Le Quotidien de l’Économie (LQE) révèle que 15 projets et programmes viennent d’être dissouts au ministère de l’Agriculture et du Développement rural, conséquence d’un audit lancé l’année dernière et qui a démontré leur inefficacité, voire leur côté budgétivore par rapport aux objectifs d’agriculture de seconde génération poursuivis par le gouvernement.

Mais ce sujet peut paraître résiduel par rapport à la grande question de l’heure : le programme triennal de réformes économiques et financières que le pays vient de conclure avec le Fonds monétaire international (FMI) et qui, selon LNE, constitue un véritable retour à l’austérité avec toutes les conséquences socio-économiques que cela laisse supposer à long terme.

Le Jour, sur le même sujet et à travers un dossier fort documenté, a choisi de décrypter «les cinq questions qui fâchent» dans cette affaire, et le moins que l’on puisse en dire et que le Cameroun va devoir ramer dur pour se sortir du piège de l’ajustement structurel.

CamerPress, parallèlement, est allé à la rencontre de la classe intellectuelle du pays qui, elle aussi, s’avère à la fois critique vis-à-vis des choix structurels du gouvernement et se montre préoccupée par les risques d’explosion sociale face aux contraintes multiformes édictées par la communauté financière internationale.

Au chapitre des dérives, CT a suivi à bonne distance la nouvelle chasse gouvernementale aux fonctionnaires fictifs qui alourdissent l’enveloppe salariale des agents de l’État estimée à quelque 70 milliards FCFA mensuels, et ce sans compter la dotation en carburant et lubrifiant, les indemnités de mission à l’intérieur et à l’étranger, les heures supplémentaires, les gratifications, les indemnités spécifiques, les indemnités forfaitaires de tournées et de risque, les indemnités de permanence, les primes.

Et le journal de décrire «des malversations à plusieurs visages» : les personnels fantômes, ceux qui se font recruter dans la Fonction publique mais travaillent ailleurs, notamment à l’étranger, à quoi s’ajoutent les autres qui, parfois avec la complicité de leurs supérieurs et d’autres personnes introduites dans le système, se font établir de faux documents pouvant leur permettre de toucher trois, voire quatre salaires, au cours du même mois.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Incendie à l’Assemblée, crise anglophone et Mugabe en couverture des quotidiens camerounais L’incendie, survenu dans la nuit de jeudi à vendredi au siège de l’Assemblée nationale est revenu hanter les colonnes des journaux camerounais parus lundi, au même titre que l’escalade de la violence dans les régions anglophones où persistent des revendications sécessionnistes, sans oublier la situation confuse au Zimbabwe où le vieux président, Robert Mugabe, ne cède pas à la contestation de la rue et d’une partie de son armée.
Vent de sinistrose en couverture des journaux camerounais L’incendie, la veille au soir du bâtiment abritant l’Assemblée nationale à Yaoundé, la capitale du pays, mais aussi l’annulation spectaculaire, par le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (MINFOPRA), Michel Ange Angouing, des admissibilités aux concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM), faisaient les choux gras des journaux camerounais parus vendredi.
La politique et l’économie s’adjugent les faveurs de la presse camerounaise La rentrée mouvementée, la veille, du Parlement en session budgétaire, dans un contexte de crise anglophone aiguë, mais également des sujets à caractère économie, ont meublé les colonnes des journaux camerounais parus mercredi.
L’économie et le front de la crise anglophone font les choux gras de la presse camerounaise Des sujets à connotation économique, avec pour point d’orgue la session budgétaire du Parlement mais également la croisade contre les sécessionnistes contre qui le gouvernement vient de déclarer la guerre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, faisaient quasiment l’unanimité des sujets abordés par les journaux camerounais parus mardi.
La politique et l’économie en couverture des journaux camerounais Les inquiétudes qui continuent de monter en même temps que la violence armée dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais également des sujets à connotation économique, constituaient l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus vendredi.
La brusque montée de tension en régions anglophones préoccupe les journaux camerounais Les récentes attaques armées, attribuées à des activistes de la sécession des zones anglophones du pays et qui ont déjà coûté la vie à 5 personnes au moins, s’affichent en couverture des journaux camerounais parus jeudi.
Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’ Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’heure.
La politique se paie les couvertures des journaux camerounais Très peu de journaux camerounais, parus mardi, ont échappé à la tentation du bilan de la célébration, à travers le pays, la veille, des 35 ans de pouvoir de Paul Biya à la magistrature suprême.
Les 35 ans de pouvoir de Paul Biya en couverture des journaux camerounais Chacun avec ses mots, les journaux camerounais parus lundi ont réservé de larges espaces à la célébration, le même jour, des 35 ans de Paul Biya à la tête du pays.
Un triple infanticide émeut les journaux camerounais L’assassinat, mercredi par un père de famille, de ses trois enfants dans la capitale du pays, Yaoundé, s’affichait en lettres de sang en couverture des journaux camerounais parus vendredi, juste à côté d’autres titres à caractère sociopolitique.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous