BETA
Recherche personnalisée
English
Vendredi, 21 Juillet 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 7/4/2017 10:58:25 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Société et gouvernance s’affichent en couverture des journaux camerounais

Les journaux camerounais parus mardi ont consacré l’essentiel de leur menu à des sujets liés au social, à l’économie mais également à la gouvernance.


Dans la métropole économique, Douala, selon Mutations, ce ne sont pas tant les inondations qui inquiètent, mais davantage la psychose qui s’est installée chez les commerçants et autres habitués des plus grandes places de marché de cette ville de quelque 3 millions d’âmes, victimes ces derniers mois d’incendies à la fois récurrents et ravageurs.

A l’origine de cette peur panique, explique la publication, l’inapplication chronique des directives édictées par les autorités municipales, mais aussi par les commerçants eux-mêmes et principales proies des flammes : tout se passe comme si la sécurité était l’affaire des autres, les branchements clandestins d’électricité se poursuivant sans coup férir, en attendant le prochain drame.

La Nouvelle Expression (LNE), sur le sujet très controversé de la crise de la dialyse, révèle que des morts commencent à être enregistrés dans les hôpitaux par la faute d’un manque criard de prévision par le ministère de la Santé publique.

Loin de cette sinistrose, le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune (CT), tout comme son confrère Le Jour, indiquent que la prise en charge de l’hémodialyse s’ajuste dans les hôpitaux publics, la solidarité étant mise en place afin de faire face aux perturbations dans l’approvisionnement en composants de kits.

«La cote d’alerte est donc loin d’être atteinte et la prise en charge des malades est effective, malgré quelques perturbations», affirme la première publication citée.

Sur un autre front, Le Quotidien de l’Économie (LQE) révèle que 15 projets et programmes viennent d’être dissouts au ministère de l’Agriculture et du Développement rural, conséquence d’un audit lancé l’année dernière et qui a démontré leur inefficacité, voire leur côté budgétivore par rapport aux objectifs d’agriculture de seconde génération poursuivis par le gouvernement.

Mais ce sujet peut paraître résiduel par rapport à la grande question de l’heure : le programme triennal de réformes économiques et financières que le pays vient de conclure avec le Fonds monétaire international (FMI) et qui, selon LNE, constitue un véritable retour à l’austérité avec toutes les conséquences socio-économiques que cela laisse supposer à long terme.

Le Jour, sur le même sujet et à travers un dossier fort documenté, a choisi de décrypter «les cinq questions qui fâchent» dans cette affaire, et le moins que l’on puisse en dire et que le Cameroun va devoir ramer dur pour se sortir du piège de l’ajustement structurel.

CamerPress, parallèlement, est allé à la rencontre de la classe intellectuelle du pays qui, elle aussi, s’avère à la fois critique vis-à-vis des choix structurels du gouvernement et se montre préoccupée par les risques d’explosion sociale face aux contraintes multiformes édictées par la communauté financière internationale.

Au chapitre des dérives, CT a suivi à bonne distance la nouvelle chasse gouvernementale aux fonctionnaires fictifs qui alourdissent l’enveloppe salariale des agents de l’État estimée à quelque 70 milliards FCFA mensuels, et ce sans compter la dotation en carburant et lubrifiant, les indemnités de mission à l’intérieur et à l’étranger, les heures supplémentaires, les gratifications, les indemnités spécifiques, les indemnités forfaitaires de tournées et de risque, les indemnités de permanence, les primes.

Et le journal de décrire «des malversations à plusieurs visages» : les personnels fantômes, ceux qui se font recruter dans la Fonction publique mais travaillent ailleurs, notamment à l’étranger, à quoi s’ajoutent les autres qui, parfois avec la complicité de leurs supérieurs et d’autres personnes introduites dans le système, se font établir de faux documents pouvant leur permettre de toucher trois, voire quatre salaires, au cours du même mois.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
La diversité s’affiche en couverture des journaux camerounais Gouvernance, droits de l’homme et politique constituaient le cocktail proposé par les journaux camerounais parus jeudi.
Les chantiers controversés de la CAN 2019 et l’économie s’adjugent les faveurs de la presse camerounaise La sortie, la veille du ministre des Sports (Minsep) au sujet des retards accusés par les chantiers d’infrastructures de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, mais aussi des sujets à caractère économique, ont occupé le haut de l’affiche dans les journaux camerounais parus mercredi.
La colère du clergé catholique et les tourments de l’économie et Une de la presse camerounaise Le feuilleton à rebondissements autour de la disparition mystérieuse de l’évêque de Bafia (Centre), Mgr Jean Marie Benoît Bala, dont le corps a été repêché des eaux de la Sanaga le 2 juin dernier et dont le clergé a procédé à l’identification du corps la veille, mais aussi les tourments de l’économie nationale s’affichaient en bonne place dans le menu des journaux camerounais parus mardi.
Vent de malaise en couverture des journaux camerounais La tonalité générale des journaux camerounais parus lundi confinait à la sinistrose, que ce soit dans le volet social ou de la gouvernance.
Un vent de sinistrose parcourt la presse camerounaise Que ce soit en économie, sur le front de la politique ou encore du sport, la tonalité des journaux camerounais parus jeudi prêtait généralement au pessimisme.
La guerre de communiqués sur la mort de l’évêque de Bafia passionne les journaux camerounais Reléguant au second plan les autres aspects de l’actualité nationale, la guerre de communiqués entre l’Église catholique et a justice autour de la disparition mystérieuse de l’évêque de Bafia (Centre), Jean Marie Benoît Bala, dont le corps a été repêché des eaux du fleuve Sanaga le 2 juin dernier, a de nouveau enflammé les colonnes des journaux camerounais parus mercredi.
Examens scolaires, mort mystérieuse d’un prélat et économie en Une des journaux camerounais Une fin d’année scolaire tumultueuse avec une grogne des correcteurs d’examens officiels, la controverse qui s’éternise au sujet de la disparition encore non élucidée de l’évêque de Bafia ainsi que des sujets à caractère économique, ont constitué l’essentiel du menu des journaux camerounais parus mardi.
La diversité s’affiche en couverture des journaux camerounais La réaction du clergé catholique, après la publication du rapport du procureur relevant «l’absence de toutes traces de violence» et concluant à «la noyade» comme «cause probable du décès de l’évêque» de Bafia (Centre), Jean Marie Benoît Bala, dont le corps a été repêché des eaux du fleuve Sanaga le 2 juin dernier, mais aussi des sujets à caractère économique et social faisaient les grosses manchettes des journaux camerounais parus lundi.
La politique s’arroge les faveurs des journaux camerounais Des sujets de politique politicienne occupent le haut de l’affiche des journaux camerounais parus vendredi.
L’insolite s’affiche en couverture des journaux camerounais Des sujets à caractère insolite, touchant aussi bien la gouvernance que la sécurité et la société, faisaient les manchettes des journaux camerounais parus jeudi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous