BETA
Recherche personnalisée
English
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 5/10/2017 11:43:11 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

La diversité de rigueur en couverture des journaux camerounais

De l’appel au boycott de la Fête nationale par le premier parti de l’opposition aux emplois jeunes en passant par l’insécurité et la crise anglophone, les sujets affichés par les journaux camerounais parus mercredi s’inscrivaient dans la diversité.


«Appel au boycott du 20 mai : la curieuse option du SDF» est le titre qui barre la couverture du quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, qui semble ne pas comprendre pourquoi, alors que la nation s’apprête à célébrer avec faste le 45ème anniversaire de l’État unitaire, le président national du premier parti de l’opposition, le Front social démocratique, John Fru Ndi, appelle ses militants à ne pas prendre part au défilé à travers toute l’étendue du territoire.

Cette attitude, souligne CT, symptomatique de la surenchère patriotique qui a émaillé la vie de ce parti et que condamnent aujourd’hui la classe politique et plusieurs citoyens qui ne demandent qu’à vivre ensemble dans un pays de paix et de stabilité.

Surenchère est exactement le mot choisi par InfoMatin pour qualifier l’attitude de John Fru Ndi, présenté comme «un homme discrédité, à la recherche effrénée d’un populisme qui l’a abandonné du fait d’un clientélisme ayant fini par chasser les éminences grises qui faisaient la force de son parti».

Le Cameroun vit des moments parmi les plus graves de son parcours, analyse Repères à propos de la crise anglophone à l’origine de la mesure de boycott prise par le SDF.

Certes, le pays a connu la guerre d’indépendance que certains s’emploient à peindre sous l’unique prisme, du maquis, certes, le Cameroun a connu les luttes politiques des lendemains d’indépendance ainsi que la période dite «de braises», qui allait aboutir à la relance de son mouvement démocratique, «mais, la crise actuelle dans les régions du Nord-ouest et du Sud-Ouest où les populations, qui s’estiment marginalisées, observent les villes mortes depuis octobre 2016, nécessite que l’on marque minimalement un temps d’arrêt.»

Selon Émergence, et s’agissant des mesures de rétorsion envisagées par la communauté internationale contre le gouvernement, c’est finalement la France qui a bloqué une résolution de l’Union européenne visant à punir le gouvernement camerounais, coupable aux yeux de cette institution de laisser pourrir une situation dont les risques d’explosivité pourraient bien se répercuter sur toute l’étendue du territoire.

Sur le front sécuritaire, Émergence, L’œil du Sahel et Le Jour signalent, en chœur, l’arrestation de soldats camerounais au Tchad voisin. Selon la dernière publication citée, au moment de leur interpellation, ces 9 militaires du Bataillon d’intervention rapide (BIR), accompagnés de 2 civils et qui ont été transférées à Bongor, au sud de la capitale N'Djamena, ne détenaient pas d'ordre de mission.

Au chapitre de l’économie, Le Quotidien de l’Économie a exploré les emplois que préfèrent les jeunes, pour constater qu’ils proviennent des filières innovantes et celles offrant un cycle d’exploitation court, plutôt que de longues et fastidieuses études couronnées par de gros parchemins qui mènent tout droit au chômage.

Le grand défi, ajoute la publication, sera alors de trouver une place dans une société de premier choix pour justifier leurs compétences, chose plus facile à dire qu’à faire, aucune entreprise camerounaise ne figurant dans le «top100» des entités les plus rentables en Afrique.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Le souvenir de la catastrophe ferroviaire d’Eséka hante les journaux camerounais Le souvenir de la catastrophe ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 en gare d’Eséka hantait les journaux camerounais parus vendredi, au même titre que des sujets controversés à caractère sociopolitique.
La crise anglophone revient au-devant de la scène dans les journaux camerounais L’annonce, par le gouvernement, de l’envoi de missions spéciales de réconciliation d’élites dans les régions sous tension du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, aussitôt suivie du rejet de ladite initiative par les activistes anglophones, a réactivé la controverse dans les journaux camerounais parus lundi.
Economie et politique en vitrine dans les journaux camerounais Le bras de fer entre deux acteurs du secteur des télécommunications, l’annonce de la candidature d’un acteur de la lutte contre la corruption à l’élection présidentielle et le jeu d’ombre des acteurs de la crise anglophone trônent en bonne place au menu des journaux camerounais parus jeudi.
Politique et économie en couverture des journaux camerounais Les tensions identitaires, dans le chaudron des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais aussi les mauvaises performances sur le terrain de l’économie, constituent l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus mercredi.
Forte teneur d’économie en couverture des journaux camerounais Passé les moments de grande frayeur consécutive aux troubles identitaires dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les journaux camerounais parus jeudi ont renoué avec une actualité «normale» essentiellement tournée vers l’économie.
La presse camerounaise ne lâche pas la crise anglophone Comme s’ils s’étaient passé le mot, les journaux camerounais parus mercredi sont restés focalisés sur la grande tension qui règne dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où les revendications des sécessionnistes ont fait plusieurs morts dimanche dernier.
Les journaux camerounais se penchent sur les lendemains de grande tension en zone anglophone Les journaux camerounais parus lundi se sont attelés au bilan humain, politique et psychologique de la journée mouvementée du 1eroctobre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, au cours de laquelle des activistes de la sécession avaient annoncé la proclamation de la partition du pays.
La presse camerounaise retient son souffle devant la menace de partition du pays Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, à la veille du 1er octobre marquant les 56 ans de la proclamation de l’indépendance de la partie occidentale et la fusion des deux Cameroun, et pour laquelle des mouvements sécessionnistes projettent des actes de défiance contre l’État dans un climat de très haute tension dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.
Le non de l’Assemblée nationale à la partition du pays en vedette dans la presse camerounaise En réagissant, une année après le début des soulèvements dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le bureau de l’Assemblée nationale a provoqué un véritable tollé dans les journaux camerounais parus mercredi.
La crise sociopolitique anglophone en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à une nouvelle montée de tension, à la violence et à la dérive terroriste, consécutives à des revendications sécessionnistes, font la couverture des journaux camerounais parus mardi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous