BETA
Recherche personnalisée
English
Mercredi, 23 Aout 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 5/3/2017 9:53:57 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

La condition des médias à capitaux privés en couverture des journaux camerounais

Les journaux camerounais parus mercredi se sont appesantis sur l’état des médias à capitaux privés et la condition de ceux qui les animent, à l’occasion de la Journée internationale de la liberté de presse célébrée le même jour.


Le bihebdomadaire Repères, sans fioritures, dresse un «tableau apocalyptique de la profession de journaliste», qui s'assombrit davantage avec des contrats de travail pour la plupart des cas inexistants, entre l'entreprise de presse et le journaliste, le manque de couverture sociale, et tout récemment la difficulté d'obtention de la carte de presse.

«Conséquence, le journaliste est placé dans une situation de vulnérabilité et d'instabilité chronique, rendant plus que subjectives ses performances, son éthique et sa déontologie. Il devient ainsi dépendant soit des pourvoyeurs de fonds, des donneurs d'ordres divers, soit à la solde de puissants lobbies en quête de positionnement.»

Un autre point, non négligeable sur «la condition pathétique» du journaliste, c'est la problématique actuelle de la loi anti-terroriste de 2015, qui rend encore plus délicate le traitement de l'information liée aux faits de terrorisme, face à la protection des sources et la dénonciation des actes jugés de terrorisme.

«Loi antiterroriste, précarité économique, sanctions… : la presse en danger», renchérit Le Jour qui, dans un dossier spécial passe en revue des différentes entraves à l’exercice du journalisme dans le pays.

Pour l’hebdomadaire Intégration, un seul mot suffit pour qualifier la situation actuelle : l’étranglement avec, entre autres, des conditions économiques déplorables, une instrumentalisation gouvernementale à outrance des médias à capitaux privés, un accès aux sources d’information toujours un peu plus verrouillé.

Son confrère Signature, de son côté, décrit une «presse locale paupérisée, misérable et corvéable à souhait» alors que les médias occidentaux, qui par ailleurs ne manquent pas une seule occasion pour tirer à boulets rouges sur le régime de Yaoundé, empochent de confortables recettes pour chacune des factures à toutes les occasions où ils sont accrédités pour couvrir les grands événements qui ont lieu au Cameroun, alors même que l’ensemble de l’aide publique annuelle à la presse privée s’élève à 250 millions FCFA.

«Décrépitude : la presse se meurt», souffle Le Quotidien de l’Économie : étranglées par l’amenuisement des recettes publicitaires, la mauvaise distribution, les factures impayées par l’État, les entreprises de presse du pays traversent une conjoncture économique particulièrement difficile résumée dans un mémorandum de la Fédération des éditeurs (FEDIPRESSE), que publie intégralement ce document.

La liberté de la presse est «une réalité», souligne pour sa part le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune : «Hormis quelques égarements, la presse camerounaise soutient en général les efforts de promotion de l’unité nationale.»

Reprenant à son compte une longue déclaration du ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, et ’agissant de l’une des composantes essentielles qui réside dans le pluralisme médiatique, la publication fait état de statistiques sans équivoque : plus de 600 titres dans la presse écrite, au moins 200 stations de radiodiffusion sonore, plus d’une trentaine de chaînes de télévision.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Comme un vent de diversité dans les colonnes des journaux camerounais La crise anglophone, qui s’éternise et se complexifie, une rentrée scolaire sous haute surveillance mais aussi un zeste d’économie, auront constitué le menu des journaux camerounais parus mardi.
Mission reportée de la CAF, accidents routiers et économie en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus lundi ne pouvaient pas manquer d’épiloguer sur le report sine die, et par surprise, de la mission d’inspection de la Confédération africaine de football (CAF) dans le cadre des préparatifs de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019, tout comme ils ont amplement commenté la vague d’accidents sur les routes du pays ainsi que d’autres sujets à caractère économique.
Foot, économie et rentrée scolaire en vedette dans les journaux camerounais La rentrée scolaire qui se profile à l’horizon, les sujets à caractère socioéconomique, mais aussi et surtout les débats autour de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019 tiennent le haut de l’affiche dans les journaux camerounais parus vendredi.
Foot, terrorisme et économie à la une des journaux camerounais Les chantiers de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, la lutte contre le terrorisme et les questions socioéconomiques ont les faveurs des journaux camerounais publiés jeudi.
Le discours présidentiel sur la CAN 2019 passionne les journaux camerounais Le discours du chef de l’État de la veille, à l’occasion de la réception au des médaillés des compétitions internationales, et au cours duquel Paul Biya a redit la détermination de son pays à organiser la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, au lendemain de propos plutôt pessimistes sur le sujet du président de la Confédération continentale de la discipline (CAN), Ahmad Ahmad, a passionné les journaux camerounais parus vendredi.
La controverse autour de la CAN 2019 toujours à l’affiche au Cameroun La presse camerounaise, dans ses multiples titres parus jeudi, semblait ne pas encore digérer la récente sortie du président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad Ahmad, quant à l’incapacité du pays à organiser la 32ème édition de la Coupe continentale de la discipline (CAN) en 2019.
Un vent d’économie, de crise anglophone et de CAN 2019 en couverture des journaux camerounais La réalisation du budget 2017, la crise anglophone et la polémique au sujet de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019 trônaient en bonne place dans les colonnes des journaux camerounais parus mercredi.
Les propos controversés du président de la CAF et l’économie en couverture des journaux camerounais La récente sortie du président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad Ahmad, affirmant que le pays n’était pas en mesure d’accueillir la prochaine édition à 24 équipes de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de la discipline en 2019, mais aussi la polémique sur les nouveaux tarifs appliqués par les opérateurs de téléphonie mobile sur les transferts d’argent, tenaient le haut de l’affiche dans les journaux camerounais parus mardi.
CAN 2019 problématique en couverture des journaux camerounais Plus que les sujets de politique intérieure, liés notamment à la crise anglophone, c’est davantage les récents propos du président de la Confédération africaine de football, Ahmad Ahmad à la télévision burkinabè, pour qui le Cameroun n’est pas prêt à accueillir la Coupe continentale des nations (CAN) en 2019 qui ont déchainé les passions dans les journaux camerounais parus lundi.
Les obsèques mouvementées d’un prélat assassiné et les tribulations d’un ex-patron en une des journaux camerounais Les obsèques mouvementées, la veille à Bafia (Centre) de l’évêque Jean-Marie Benoît Bala, dont le corps a été repêché des eaux de la Sanaga le 2 juin denier, mais aussi les nouveaux ennuis de l’ancien directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications (ART), Jean Louis Beh Mengue, font les choux gras des journaux camerounais parus vendredi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous