BETA
Recherche personnalisée
English
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 5/3/2017 9:53:57 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

La condition des médias à capitaux privés en couverture des journaux camerounais

Les journaux camerounais parus mercredi se sont appesantis sur l’état des médias à capitaux privés et la condition de ceux qui les animent, à l’occasion de la Journée internationale de la liberté de presse célébrée le même jour.


Le bihebdomadaire Repères, sans fioritures, dresse un «tableau apocalyptique de la profession de journaliste», qui s'assombrit davantage avec des contrats de travail pour la plupart des cas inexistants, entre l'entreprise de presse et le journaliste, le manque de couverture sociale, et tout récemment la difficulté d'obtention de la carte de presse.

«Conséquence, le journaliste est placé dans une situation de vulnérabilité et d'instabilité chronique, rendant plus que subjectives ses performances, son éthique et sa déontologie. Il devient ainsi dépendant soit des pourvoyeurs de fonds, des donneurs d'ordres divers, soit à la solde de puissants lobbies en quête de positionnement.»

Un autre point, non négligeable sur «la condition pathétique» du journaliste, c'est la problématique actuelle de la loi anti-terroriste de 2015, qui rend encore plus délicate le traitement de l'information liée aux faits de terrorisme, face à la protection des sources et la dénonciation des actes jugés de terrorisme.

«Loi antiterroriste, précarité économique, sanctions… : la presse en danger», renchérit Le Jour qui, dans un dossier spécial passe en revue des différentes entraves à l’exercice du journalisme dans le pays.

Pour l’hebdomadaire Intégration, un seul mot suffit pour qualifier la situation actuelle : l’étranglement avec, entre autres, des conditions économiques déplorables, une instrumentalisation gouvernementale à outrance des médias à capitaux privés, un accès aux sources d’information toujours un peu plus verrouillé.

Son confrère Signature, de son côté, décrit une «presse locale paupérisée, misérable et corvéable à souhait» alors que les médias occidentaux, qui par ailleurs ne manquent pas une seule occasion pour tirer à boulets rouges sur le régime de Yaoundé, empochent de confortables recettes pour chacune des factures à toutes les occasions où ils sont accrédités pour couvrir les grands événements qui ont lieu au Cameroun, alors même que l’ensemble de l’aide publique annuelle à la presse privée s’élève à 250 millions FCFA.

«Décrépitude : la presse se meurt», souffle Le Quotidien de l’Économie : étranglées par l’amenuisement des recettes publicitaires, la mauvaise distribution, les factures impayées par l’État, les entreprises de presse du pays traversent une conjoncture économique particulièrement difficile résumée dans un mémorandum de la Fédération des éditeurs (FEDIPRESSE), que publie intégralement ce document.

La liberté de la presse est «une réalité», souligne pour sa part le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune : «Hormis quelques égarements, la presse camerounaise soutient en général les efforts de promotion de l’unité nationale.»

Reprenant à son compte une longue déclaration du ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, et ’agissant de l’une des composantes essentielles qui réside dans le pluralisme médiatique, la publication fait état de statistiques sans équivoque : plus de 600 titres dans la presse écrite, au moins 200 stations de radiodiffusion sonore, plus d’une trentaine de chaînes de télévision.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Le souvenir de la catastrophe ferroviaire d’Eséka hante les journaux camerounais Le souvenir de la catastrophe ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 en gare d’Eséka hantait les journaux camerounais parus vendredi, au même titre que des sujets controversés à caractère sociopolitique.
La crise anglophone revient au-devant de la scène dans les journaux camerounais L’annonce, par le gouvernement, de l’envoi de missions spéciales de réconciliation d’élites dans les régions sous tension du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, aussitôt suivie du rejet de ladite initiative par les activistes anglophones, a réactivé la controverse dans les journaux camerounais parus lundi.
Economie et politique en vitrine dans les journaux camerounais Le bras de fer entre deux acteurs du secteur des télécommunications, l’annonce de la candidature d’un acteur de la lutte contre la corruption à l’élection présidentielle et le jeu d’ombre des acteurs de la crise anglophone trônent en bonne place au menu des journaux camerounais parus jeudi.
Politique et économie en couverture des journaux camerounais Les tensions identitaires, dans le chaudron des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais aussi les mauvaises performances sur le terrain de l’économie, constituent l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus mercredi.
Forte teneur d’économie en couverture des journaux camerounais Passé les moments de grande frayeur consécutive aux troubles identitaires dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les journaux camerounais parus jeudi ont renoué avec une actualité «normale» essentiellement tournée vers l’économie.
La presse camerounaise ne lâche pas la crise anglophone Comme s’ils s’étaient passé le mot, les journaux camerounais parus mercredi sont restés focalisés sur la grande tension qui règne dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où les revendications des sécessionnistes ont fait plusieurs morts dimanche dernier.
Les journaux camerounais se penchent sur les lendemains de grande tension en zone anglophone Les journaux camerounais parus lundi se sont attelés au bilan humain, politique et psychologique de la journée mouvementée du 1eroctobre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, au cours de laquelle des activistes de la sécession avaient annoncé la proclamation de la partition du pays.
La presse camerounaise retient son souffle devant la menace de partition du pays Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, à la veille du 1er octobre marquant les 56 ans de la proclamation de l’indépendance de la partie occidentale et la fusion des deux Cameroun, et pour laquelle des mouvements sécessionnistes projettent des actes de défiance contre l’État dans un climat de très haute tension dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.
Le non de l’Assemblée nationale à la partition du pays en vedette dans la presse camerounaise En réagissant, une année après le début des soulèvements dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le bureau de l’Assemblée nationale a provoqué un véritable tollé dans les journaux camerounais parus mercredi.
La crise sociopolitique anglophone en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à une nouvelle montée de tension, à la violence et à la dérive terroriste, consécutives à des revendications sécessionnistes, font la couverture des journaux camerounais parus mardi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous