BETA
Recherche personnalisée
English
Jeudi, 22 Février 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 4/26/2017 10:49:17 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Le limogeage du patron des élections se paie la couverture des journaux camerounais

Le limogeage, la veille au soir par décret présidentiel, du président du Conseil électoral d’Elections Cameroon (Elecam), l’organe de gestion des scrutins et opérations référendaires, Samuel Fonkam Azu’u, était à l’affiche des journaux camerounais parus mercredi.


« Paul Biya limoge Fonkam Azu’u» ; «Elecam : Samuel Fonkam Azu’u limogé» ; «Paul Biya limoge Fonkam Azu’u de la présidence d’Elecam» ; «Elecam : 2018 ce sera sans lui» ; «Rebelote un fidèle à la tête du Conseil électoral» ; «Paul Biya se débarrasse enfin de Fonkam Azu’u» ; «Conseil électoral d’Elecam : de nouveaux hommes», titrent respectivement Émergence, Le Jour, Le Quotidien de l’Économie, Mutations, L’œil du Sahel, Repères et Cameroon Tribune.

Pour la première publication citée, le partant, après 8 ans de service, paie sans doute ses conflits récurrents avec la direction de l’organe ainsi que plusieurs autres membres.

Le Jour et L’œil du Sahel, qui partagent la même analyse, dressent le portrait de son remplaçant, Enow Egbe Abraham, ancien gouverneur de région, vieux routier d’une préfectorale à poigne qui est donc tout, sauf un enfant de chœur.

Pour Le Quotidien de l’Économie, il s’agit simplement «du vieux vin dans de vieilles outres» : le moins qu’on puisse dire c’est que Paul Biya est encore à la recherche d’une meilleure formule pour ramener la paix et la sérénité au sein d’Elecam où le conseil électoral et la direction générale des élections s’affrontent régulièrement.

Le climat est à ce point délétère et les démons de la division toujours présents, dans la maison, que la nouvelle équipe dirigeante du Conseil électoral, selon ce journal, n’aura pas assez de répit puisqu’elle doit se mettre à l’œuvre pour l’organisation des échéances électorales de 2018.

Il s’agit en effet d’une année cruciale, renchérit Mutations, puisque le Cameroun doit organiser des élections législatives, municipales et présidentielle dans une atmosphère de fin de règne au sommet de l’État, et ce alors que les caciques du régime sont plus que jamais décidés de maintenir aux affaires une vieille garde aujourd’hui bousculée par les affaires et l’inertie.

Le décret présidentiel, rappelle Repères, est intervenu dans un contexte politique marqué par des tensions au sein d’Elecam, où l’ambiance était devenue électrique depuis plusieurs mois : plus rien n’allait plus entre Samuel Fonkam Azu’u et Abdoulaye Babale, le directeur général de la structure.

De plus, 11 des 18 membres d’Elecam, dont son président, étaient déjà frappés par la fin de leur mandat depuis le 30 décembre 2016.

A l’instar de M. Fonkam Azu’u, complète Cameroon Tribune, plusieurs autres personnalités, qui ont vu leur bail prorogé le 30 décembre 2012, n’ont pas vu leurs mandats renouvelés par le président de la République.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
L’économie à l’affiche des journaux camerounais Plusieurs sujets à caractère économique, y compris et surtout les sujets qui fâchent, trônent en bonne place dans les journaux camerounais parus mercredi.
Les quotidiens camerounais à fond sur la sortie d’un dignitaire du régime et la CAN 2019 La sortie tonitruante, dans un magazine panafricain, d’un dignitaire du régime, Victor Mukete, qui rame à contre-courant des options gouvernementales sur la crise anglophone, mais également la démission du chef de projet du complexe sportif d’Olembé, qui doit notamment accueillir les cérémonies d’ouverture et la finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football messieurs 2019,alimentent les journaux camerounais parus lundi.
Les journaux camerounais aux couleurs des sénatoriales La veillée d’armes pour les élections sénatoriales du 25 mars prochain est en bonne place en couverture des journaux camerounais parus vendredi.
La politique fait la Une des journaux camerounais La célébration, la veille, des 85 ans du chef de l’Etat a inspiré une mobilisation électoraliste dont font écho les journaux camerounais parus mercredi.
Fête de la jeunesse endeuillée et politique au menu des journaux camerounais Les journaux camerounais parus mardi, au lendemain d’une journée fériée et chômée, se sont appesantis sur les violences ayant marqué la 52ème Fête nationale de la jeunesse en zone anglophone perturbée par des menaces de sécession, mais également sur des sujets à caractère politique avec au centre des préoccupations les 75 ans du président de la République.
Politique et football en couverture des journaux camerounais Les lendemains de la nomination des membres du Conseil constitutionnel, les élections sénatoriales ainsi que le démarrage de la saison footballistique, trônent en couverture des journaux camerounais parus vendredi.
La nomination des membres du Conseil constitutionnel à la une des journaux camerounais La nomination, la veille par décret présidentiel et pour un mandat de 6 ans, des 11 membres du Conseil constitutionnel, fait la principale manchette des journaux camerounais parus jeudi.
La crise anglophone revient en force dans les journaux camerounais Les derniers développements de la crise anglophone, après l’extradition du Nigeria des leaders sécessionnistes, sont revenus hanter les colonnes des journaux camerounais parus mercredi.
Incertitudes sur la CAN 2019 et rumeurs de décès du chef de l’Etat en couverture des journaux camerounais Un vent d’incertitudes parcourait les colonnes des journaux camerounais parus lundi, après l’insatisfaction exprimée par le président de la Confédération africaine de football (CAF) quant aux préparatifs de la Coupe continentale de la discipline (CAN), mais aussi au lendemain de folles rumeurs donnant pour mort le chef de l’État Paul Biya.
Le sort des sécessionnistes aux arrêts préoccupe les journaux camerounais Plus que la crise de leadership qui s’annonce épique au sein du Front social démocratique (SDF, opposition), c’est le sort des activistes de la sécession, désormais aux arrêts après avoir été extradés du Nigeria, qui préoccupe davantage les journaux camerounais parus mercredi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous