BETA
Recherche personnalisée
English
Mercredi, 26 Juillet 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 4/26/2017 10:49:17 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Le limogeage du patron des élections se paie la couverture des journaux camerounais

Le limogeage, la veille au soir par décret présidentiel, du président du Conseil électoral d’Elections Cameroon (Elecam), l’organe de gestion des scrutins et opérations référendaires, Samuel Fonkam Azu’u, était à l’affiche des journaux camerounais parus mercredi.


« Paul Biya limoge Fonkam Azu’u» ; «Elecam : Samuel Fonkam Azu’u limogé» ; «Paul Biya limoge Fonkam Azu’u de la présidence d’Elecam» ; «Elecam : 2018 ce sera sans lui» ; «Rebelote un fidèle à la tête du Conseil électoral» ; «Paul Biya se débarrasse enfin de Fonkam Azu’u» ; «Conseil électoral d’Elecam : de nouveaux hommes», titrent respectivement Émergence, Le Jour, Le Quotidien de l’Économie, Mutations, L’œil du Sahel, Repères et Cameroon Tribune.

Pour la première publication citée, le partant, après 8 ans de service, paie sans doute ses conflits récurrents avec la direction de l’organe ainsi que plusieurs autres membres.

Le Jour et L’œil du Sahel, qui partagent la même analyse, dressent le portrait de son remplaçant, Enow Egbe Abraham, ancien gouverneur de région, vieux routier d’une préfectorale à poigne qui est donc tout, sauf un enfant de chœur.

Pour Le Quotidien de l’Économie, il s’agit simplement «du vieux vin dans de vieilles outres» : le moins qu’on puisse dire c’est que Paul Biya est encore à la recherche d’une meilleure formule pour ramener la paix et la sérénité au sein d’Elecam où le conseil électoral et la direction générale des élections s’affrontent régulièrement.

Le climat est à ce point délétère et les démons de la division toujours présents, dans la maison, que la nouvelle équipe dirigeante du Conseil électoral, selon ce journal, n’aura pas assez de répit puisqu’elle doit se mettre à l’œuvre pour l’organisation des échéances électorales de 2018.

Il s’agit en effet d’une année cruciale, renchérit Mutations, puisque le Cameroun doit organiser des élections législatives, municipales et présidentielle dans une atmosphère de fin de règne au sommet de l’État, et ce alors que les caciques du régime sont plus que jamais décidés de maintenir aux affaires une vieille garde aujourd’hui bousculée par les affaires et l’inertie.

Le décret présidentiel, rappelle Repères, est intervenu dans un contexte politique marqué par des tensions au sein d’Elecam, où l’ambiance était devenue électrique depuis plusieurs mois : plus rien n’allait plus entre Samuel Fonkam Azu’u et Abdoulaye Babale, le directeur général de la structure.

De plus, 11 des 18 membres d’Elecam, dont son président, étaient déjà frappés par la fin de leur mandat depuis le 30 décembre 2016.

A l’instar de M. Fonkam Azu’u, complète Cameroon Tribune, plusieurs autres personnalités, qui ont vu leur bail prorogé le 30 décembre 2012, n’ont pas vu leurs mandats renouvelés par le président de la République.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
La diversité s’affiche en couverture des journaux camerounais Gouvernance, droits de l’homme et politique constituaient le cocktail proposé par les journaux camerounais parus jeudi.
Les chantiers controversés de la CAN 2019 et l’économie s’adjugent les faveurs de la presse camerounaise La sortie, la veille du ministre des Sports (Minsep) au sujet des retards accusés par les chantiers d’infrastructures de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, mais aussi des sujets à caractère économique, ont occupé le haut de l’affiche dans les journaux camerounais parus mercredi.
La colère du clergé catholique et les tourments de l’économie et Une de la presse camerounaise Le feuilleton à rebondissements autour de la disparition mystérieuse de l’évêque de Bafia (Centre), Mgr Jean Marie Benoît Bala, dont le corps a été repêché des eaux de la Sanaga le 2 juin dernier et dont le clergé a procédé à l’identification du corps la veille, mais aussi les tourments de l’économie nationale s’affichaient en bonne place dans le menu des journaux camerounais parus mardi.
Vent de malaise en couverture des journaux camerounais La tonalité générale des journaux camerounais parus lundi confinait à la sinistrose, que ce soit dans le volet social ou de la gouvernance.
Un vent de sinistrose parcourt la presse camerounaise Que ce soit en économie, sur le front de la politique ou encore du sport, la tonalité des journaux camerounais parus jeudi prêtait généralement au pessimisme.
La guerre de communiqués sur la mort de l’évêque de Bafia passionne les journaux camerounais Reléguant au second plan les autres aspects de l’actualité nationale, la guerre de communiqués entre l’Église catholique et a justice autour de la disparition mystérieuse de l’évêque de Bafia (Centre), Jean Marie Benoît Bala, dont le corps a été repêché des eaux du fleuve Sanaga le 2 juin dernier, a de nouveau enflammé les colonnes des journaux camerounais parus mercredi.
Examens scolaires, mort mystérieuse d’un prélat et économie en Une des journaux camerounais Une fin d’année scolaire tumultueuse avec une grogne des correcteurs d’examens officiels, la controverse qui s’éternise au sujet de la disparition encore non élucidée de l’évêque de Bafia ainsi que des sujets à caractère économique, ont constitué l’essentiel du menu des journaux camerounais parus mardi.
La diversité s’affiche en couverture des journaux camerounais La réaction du clergé catholique, après la publication du rapport du procureur relevant «l’absence de toutes traces de violence» et concluant à «la noyade» comme «cause probable du décès de l’évêque» de Bafia (Centre), Jean Marie Benoît Bala, dont le corps a été repêché des eaux du fleuve Sanaga le 2 juin dernier, mais aussi des sujets à caractère économique et social faisaient les grosses manchettes des journaux camerounais parus lundi.
La politique s’arroge les faveurs des journaux camerounais Des sujets de politique politicienne occupent le haut de l’affiche des journaux camerounais parus vendredi.
L’insolite s’affiche en couverture des journaux camerounais Des sujets à caractère insolite, touchant aussi bien la gouvernance que la sécurité et la société, faisaient les manchettes des journaux camerounais parus jeudi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous