BETA
Recherche personnalisée
English
Jeudi, 24 Mai 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 4/11/2017 10:50:44 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Les crises au sein du patronat et de la communauté anglophone préoccupent les journaux camerounais

Le départ surprise du président intérimaire du Groupement inter-patronal, mais aussi les soubresauts de la crise sociopolitique dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ont retenu l’attention de plusieurs journaux camerounais parus mardi.


«Le président du Gicam démissionne» ; «Coup de théâtre : démission du président du Gicam», titrent respectivement Le Jour et Le Quotidien de l’Économie (LQE).

La première publication citée explique que le Français Armel François a décidé de ne pas conduire son mandat d’intérimaire jusqu’à son terme en 2019 et que, dans une sorte de panique, les élections viennent d’être convoquées pour fin juin prochain.

Rien, aux yeux des observateurs, ne laissait présager une telle situation bien que, après le décès du titulaire André Fotso, le 2 août 2016, quelques remous s’étaient faits jour sur la suppléance au regard de la nationalité française du premier vice-président d’alors, analyse LQE.

Le secrétaire exécutif du mouvement, Alain Blaise Batongué, cité par le journal, a indiqué que Armel François avait du mal à concilier ses fonctions de directeur général de la société des Plantations du Haut Penja (PHP) et celles de premier dirigeant de la première organisation patronale du Cameroun.

«Les 69 jours qui séparent les membres du Gicam de l’élection du prochain président de leur organisation vont se transformer en campagne électorale ouverte et offensive.»

Chez Émergence, et sur un autre sujet, c’est la consternation : les avocats anglophones, en grève depuis novembre 2016 et qui avaient annoncé la reprise du travail pour fin mai prochain, viennent de rejeter l’annonce solennelle du bâtonnier sur le sujet. Selon les protestataires, ce dernier n’a jamais été mandaté pour défendre leurs intérêts, et sa posture est qualifiée de douteuse.

La crise anglophone préoccupe également InfoMatin, qui accuse l’Église catholique locale de faire le jeu des revendications sécessionnistes et de «prendre fait et cause pour la radicalisation».

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
La crise diplomatique avec les USA en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la montée de tension avec l’exécutif américain, dont le chef de mission à Yaoundé a été convoqué au ministère des Relations extérieures pour avoir appelé le président Paul Biya à quitter le pouvoir, occupent le haut de l’affiche des journaux camerounais parus jeudi.
La politique fait de la résistance dans les quotidiens camerounais Comme la veille, les journaux camerounais parus mercredi continuent de se passionner pour la politique, au lendemain de la célébration de la Fête nationale du 20 mai, sur fond de crise anglophone et d’appel controversé des États-Unis au président Paul Biya à quitter le pouvoir, reléguant au second plan les sujets à caractère économique et social.
La politique fait les choux gras de la presse camerounaise Les journaux camerounais parus mardi, au lendemain d’une journée fériée et chômée sur toute l’étendue du territoire, se focalisent sur la célébration contrastée de la Fête de l’unité sur fond de crise anglophone, au cours de laquelle le président Paul Biya a sorti sa dernière limousine hors de prix, mais également sur l’appel des États-Unis au même chef de l’État à passer la main après 37 ans de règne.
Les périls sur l’unité nationale en couverture des journaux camerounais A deux jours de la célébration des 46 ans de l’Unité nationale, les journaux camerounais parus vendredi braquent leurs projecteurs sur les menaces sécessionnistes qui continuent de peser sur les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
La presse camerounaise aux couleurs du «vivre-ensemble» A la veille de la célébration des 46 ans de l’unité nationale, et en pleine crise identitaire de la communauté anglophone d’où s’élèvent des revendications sécessionnistes, les journaux camerounais parus jeudi se focalisent sur la notion de «vivre-ensemble» censée recréer les liens de solidarité et ramener la paix.
Ambiance de malaise en couverture des journaux camerounais Les titres des journaux camerounais parus mercredi ne sont guère réjouissants, de l’économie à la politique en passant par la guerre contre l’islamisme ou l’activisme sécessionniste.
Economie et société en couverture des journaux camerounais A en croire les contenus des journaux camerounais parus mardi, les nouvelles ne sont pas reluisantes sur le front de l’économie au même moment où l’unité nationale, à la veille de la fête national de l’indépendance, reste sous la menace des troubles sécessionnistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Politique et crise anglophone en couverture des journaux camerounais Les batailles d’appareil avant l’élection présidentielle et la crise sécessionniste qui ne faiblit pas dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest constituent l’essentiel des contenus des journaux camerounais parus lundi.
Les journaux camerounais à fond dans la politique Au lendemain de la fête de l’Ascension, les journaux camerounais parus vendredi se focalisent sur les faits politiques, notamment la crise anglophone, la célébration de la Fête nationale et la nouvelle bataille de positionnement entre des alliés du régime.
Religion, économie et politique en couverture des journaux camerounais De la religion au social en passant par l’économie et la politique, les journaux camerounais parus mercredi affichent un menu bigarré.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous