BETA
Recherche personnalisée
English
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 4/11/2017 10:50:44 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Les crises au sein du patronat et de la communauté anglophone préoccupent les journaux camerounais

Le départ surprise du président intérimaire du Groupement inter-patronal, mais aussi les soubresauts de la crise sociopolitique dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ont retenu l’attention de plusieurs journaux camerounais parus mardi.


«Le président du Gicam démissionne» ; «Coup de théâtre : démission du président du Gicam», titrent respectivement Le Jour et Le Quotidien de l’Économie (LQE).

La première publication citée explique que le Français Armel François a décidé de ne pas conduire son mandat d’intérimaire jusqu’à son terme en 2019 et que, dans une sorte de panique, les élections viennent d’être convoquées pour fin juin prochain.

Rien, aux yeux des observateurs, ne laissait présager une telle situation bien que, après le décès du titulaire André Fotso, le 2 août 2016, quelques remous s’étaient faits jour sur la suppléance au regard de la nationalité française du premier vice-président d’alors, analyse LQE.

Le secrétaire exécutif du mouvement, Alain Blaise Batongué, cité par le journal, a indiqué que Armel François avait du mal à concilier ses fonctions de directeur général de la société des Plantations du Haut Penja (PHP) et celles de premier dirigeant de la première organisation patronale du Cameroun.

«Les 69 jours qui séparent les membres du Gicam de l’élection du prochain président de leur organisation vont se transformer en campagne électorale ouverte et offensive.»

Chez Émergence, et sur un autre sujet, c’est la consternation : les avocats anglophones, en grève depuis novembre 2016 et qui avaient annoncé la reprise du travail pour fin mai prochain, viennent de rejeter l’annonce solennelle du bâtonnier sur le sujet. Selon les protestataires, ce dernier n’a jamais été mandaté pour défendre leurs intérêts, et sa posture est qualifiée de douteuse.

La crise anglophone préoccupe également InfoMatin, qui accuse l’Église catholique locale de faire le jeu des revendications sécessionnistes et de «prendre fait et cause pour la radicalisation».

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Le souvenir de la catastrophe ferroviaire d’Eséka hante les journaux camerounais Le souvenir de la catastrophe ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 en gare d’Eséka hantait les journaux camerounais parus vendredi, au même titre que des sujets controversés à caractère sociopolitique.
La crise anglophone revient au-devant de la scène dans les journaux camerounais L’annonce, par le gouvernement, de l’envoi de missions spéciales de réconciliation d’élites dans les régions sous tension du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, aussitôt suivie du rejet de ladite initiative par les activistes anglophones, a réactivé la controverse dans les journaux camerounais parus lundi.
Economie et politique en vitrine dans les journaux camerounais Le bras de fer entre deux acteurs du secteur des télécommunications, l’annonce de la candidature d’un acteur de la lutte contre la corruption à l’élection présidentielle et le jeu d’ombre des acteurs de la crise anglophone trônent en bonne place au menu des journaux camerounais parus jeudi.
Politique et économie en couverture des journaux camerounais Les tensions identitaires, dans le chaudron des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais aussi les mauvaises performances sur le terrain de l’économie, constituent l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus mercredi.
Forte teneur d’économie en couverture des journaux camerounais Passé les moments de grande frayeur consécutive aux troubles identitaires dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les journaux camerounais parus jeudi ont renoué avec une actualité «normale» essentiellement tournée vers l’économie.
La presse camerounaise ne lâche pas la crise anglophone Comme s’ils s’étaient passé le mot, les journaux camerounais parus mercredi sont restés focalisés sur la grande tension qui règne dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où les revendications des sécessionnistes ont fait plusieurs morts dimanche dernier.
Les journaux camerounais se penchent sur les lendemains de grande tension en zone anglophone Les journaux camerounais parus lundi se sont attelés au bilan humain, politique et psychologique de la journée mouvementée du 1eroctobre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, au cours de laquelle des activistes de la sécession avaient annoncé la proclamation de la partition du pays.
La presse camerounaise retient son souffle devant la menace de partition du pays Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, à la veille du 1er octobre marquant les 56 ans de la proclamation de l’indépendance de la partie occidentale et la fusion des deux Cameroun, et pour laquelle des mouvements sécessionnistes projettent des actes de défiance contre l’État dans un climat de très haute tension dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.
Le non de l’Assemblée nationale à la partition du pays en vedette dans la presse camerounaise En réagissant, une année après le début des soulèvements dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le bureau de l’Assemblée nationale a provoqué un véritable tollé dans les journaux camerounais parus mercredi.
La crise sociopolitique anglophone en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à une nouvelle montée de tension, à la violence et à la dérive terroriste, consécutives à des revendications sécessionnistes, font la couverture des journaux camerounais parus mardi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous