BETA
Recherche personnalisée
English
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 3/15/2017 11:19:13 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Le situation de l’économie camerounaise préoccupe les journaux camerounais

Les journaux camerounais parus mercredi ont ausculté la situation de l’économie nationale, et le moins que l’on puisse en dire est que leur avis est loin de l’optimisme.


C’est déjà l’hebdomadaire La Nation qui tire la sonnette d’alarme, prévoyant déjà «un clash» entre le pays et le Fonds monétaire international (FMI), dans le cadre des négociations pour un programme économique triennal (2017-2019) destiné au redressement d’une situation pour le moins compliquée.

Et de citer pêle-mêle un environnement plombé, une balance de paiements sinistrée, un endettement abyssal ainsi que le manque de volonté politique, qui pourraient constituer des points de friction, voire de rupture entre les parties.

Un malheur ne venant jamais seul, renchérit Le Quotidien de l’Économie, s’ajoute le fait que les réserves financières du Cameroun ont baissé de 60,3% dans le Compte d’opérations de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC).

Ainsi obligé de suspendre ses emprunts, l’Etat doit pourtant poursuivre les investissements publics avec, désormais, les contrats de partenariat comme alternative, d’où l’adoption récente d’un plan stratégique pour le développement des partenariats public-privé.

A propos dudit partenariat, La Nation, toujours aussi virulente, se demande si on peut prétendre que la 8ème session du Cameroon Business Forum (CBF), tenue lundi dernier dans la métropole économique, Douala, a permis des avancées dans le domaine de l’amélioration du climat des affaires.

A parcourir en effet le chapelet de résolutions, la publication croit ressentir comme «une forte impression de déjà entendu» au terme des travaux de cette plateforme de dialogue entre secteurs public et privé.

Ce conclave, insiste le journal, intervenait au lendemain de la publication du rapport 2017 de «Doing Business» de la Société financière internationale (SFI, groupe de la Banque mondiale) sur le climat des affaires, et qui a placé le Cameroun au 166ème rang, soit un très petit point engrangé en un an.

C’est donc un pays «qui a manifestement du mal à se défaire des vieux démons de l’inertie et du manque de volonté politique, et qui régresse dans les domaines tels que le règlement de l'insolvabilité, l’obtention d’un permis de construire et, plus inquiétant encore (-25 points) en ce qui concerne le raccordement à l’électricité».

«Le secteur privé entre déception et pessimisme», titre le bihebdomadaire Repères : la grande rencontre entre l’État, le secteur privé et la société civile s’est tenue dans un contexte particulier, marqué par la crise anglophone, la récession économique, un classement ''Doing Business'' médiocre, un ajustement structurel annoncé, des pertes abyssales consécutives à la mise en œuvre des Accords de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne, une intégration économique sous-régionale laborieuse, le terrorisme, la contrebande et la fraude douanière.

«Malgré un taux d’exécution de 75% des recommandations de la 7ème session de 2016, les acteurs privés de notre économie continuent d’afficher grise mine. Attitude exacerbée par la libéralisation du marché camerounais des échanges, la pression fiscale, les contraintes structurelles et le commerce illicite.»

«A chaque réunion du Cameroon Business Forum, plus de 20 recommandations sont formulées pour améliorer le climat des affaires. Ça fait quoi ?» ironise l’hebdomadaire The Spark pourtant proche du pouvoir.

Sans doute faudrait-il alors miser sur l’accélération du processus de décentralisation, ainsi que le proposent des parlementaires interrogés par le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune.

«Depuis la Constitution de 1996, l’Etat est engagé à moderniser son cadre institutionnel. Et cette modernisation passe nécessairement par une décentralisation réelle. C’est une option indispensable à la vie de notre nation, car la décentralisation va non seulement réconcilier le peuple camerounais avec les institutions, mais aussi susciter la participation des Camerounais au développement réel de notre pays », déclare ainsi Robert Bapoh Lipot, député membre de l’Union des populations du Cameroun (UPC, opposition).

Le vent de sinistrose a atteint la ville frondeuse de Bamenda (Nord-Ouest, constate InfoMatin, le dernier né des quotidiens locaux : un incendie, survenu dans la nuit de lundi à mardi dans le marché de vivres de la ville et derrière lequel on soupçonne une main criminelle, a causé d’énormes pertes matérielles.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Le souvenir de la catastrophe ferroviaire d’Eséka hante les journaux camerounais Le souvenir de la catastrophe ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 en gare d’Eséka hantait les journaux camerounais parus vendredi, au même titre que des sujets controversés à caractère sociopolitique.
La crise anglophone revient au-devant de la scène dans les journaux camerounais L’annonce, par le gouvernement, de l’envoi de missions spéciales de réconciliation d’élites dans les régions sous tension du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, aussitôt suivie du rejet de ladite initiative par les activistes anglophones, a réactivé la controverse dans les journaux camerounais parus lundi.
Economie et politique en vitrine dans les journaux camerounais Le bras de fer entre deux acteurs du secteur des télécommunications, l’annonce de la candidature d’un acteur de la lutte contre la corruption à l’élection présidentielle et le jeu d’ombre des acteurs de la crise anglophone trônent en bonne place au menu des journaux camerounais parus jeudi.
Politique et économie en couverture des journaux camerounais Les tensions identitaires, dans le chaudron des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais aussi les mauvaises performances sur le terrain de l’économie, constituent l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus mercredi.
Forte teneur d’économie en couverture des journaux camerounais Passé les moments de grande frayeur consécutive aux troubles identitaires dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les journaux camerounais parus jeudi ont renoué avec une actualité «normale» essentiellement tournée vers l’économie.
La presse camerounaise ne lâche pas la crise anglophone Comme s’ils s’étaient passé le mot, les journaux camerounais parus mercredi sont restés focalisés sur la grande tension qui règne dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où les revendications des sécessionnistes ont fait plusieurs morts dimanche dernier.
Les journaux camerounais se penchent sur les lendemains de grande tension en zone anglophone Les journaux camerounais parus lundi se sont attelés au bilan humain, politique et psychologique de la journée mouvementée du 1eroctobre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, au cours de laquelle des activistes de la sécession avaient annoncé la proclamation de la partition du pays.
La presse camerounaise retient son souffle devant la menace de partition du pays Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, à la veille du 1er octobre marquant les 56 ans de la proclamation de l’indépendance de la partie occidentale et la fusion des deux Cameroun, et pour laquelle des mouvements sécessionnistes projettent des actes de défiance contre l’État dans un climat de très haute tension dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.
Le non de l’Assemblée nationale à la partition du pays en vedette dans la presse camerounaise En réagissant, une année après le début des soulèvements dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le bureau de l’Assemblée nationale a provoqué un véritable tollé dans les journaux camerounais parus mercredi.
La crise sociopolitique anglophone en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à une nouvelle montée de tension, à la violence et à la dérive terroriste, consécutives à des revendications sécessionnistes, font la couverture des journaux camerounais parus mardi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous