BETA
Recherche personnalisée
English
Mercredi, 27 Mai 2015
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 12/9/2011 5:51:48 AM ]  XINHUANET

Burundi - Politique

l'ancien chef d'Etat Ntibantunganya plaide pour le dialogue politique

L'ancien président burundais (1994-1996) et sénateur à vie depuis 2002, Sylvestre Ntibantunganya, a plaidé pour un dialogue politique entre différents protagonistes en vue des élections "apaisées, libres, transparentes, équitables et démocratiques" au Burundi à l'horizon 2015.


Les velléités rebelles dont il est question depuis plusieurs mois au Burundi peuvent être traitées par le gouvernement du président Pierre Nkurunziza de plusieurs façons, estime M. Ntibantunganya dans un exposé qu'il a fait jeudi soir au sujet de la situation politique, sécuritaire et sociale du Burundi, en qualité de consultant commandé par le FORSC (Forum pour le Renforcement de la Société Civile).

Le gouvernement peut tout mettre en oeuvre pour "les étouffer efficacement et définitivement dans l'oeuf" en usant des moyens politiques, administratifs, policiers, militaires et judiciaires et c'est cette façon qui semble jusqu'aujourd'hui privilégié par le pouvoir, a indiqué l'ancien chef d'Etat burundais.

Si cette voie réussit, a-t-il affirmé, le pouvoir en sortira vainqueur et en récoltera les dividendes politiques, car le peuple burundais ne demande que la garantie pour sa paix, sa sécurité et sa quiétude.

Il a toutefois fait remarquer que cette stratégie peut se heurter à la résistance des rébellions proclamées et que la guerre ferait rage et provoquerait d'énormes dégâts humains et matériels.

La voie qui est "salutaire" pour M. Ntibantunganya est celle de configurer et de conduire un vaste dialogue politique et social inscrit dans la logique de consolidation de la paix et de la démocratie.

Ce dialogue aurait pour objectif de préparer un processus politique menant à des élections de 2015 apaisées, libres, transparentes, justes, équitables et, en conséquence démocratiques, avec la participation de tous les protagonistes politiques et d' éliminer définitivement les menaces de résurgence des violences politiques au Burundi.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 BURUNDI
Le gouvernement ouvre un compte bancaire pour le financement volontaire Le gouvernement du Burundi a annoncé mardi avoir ouvert un compte intitulé "Elections 2015" à la Banque Centrale pour une contribution volontaire afin de financer les élections de 2015.
Fuyant l'insécurité, les étudiants boycottent toujours l'université du Burundi Les étudiants de l’Université du Burundi que le ministère de l’Enseignement supérieur a sommés depuis dimanche de regagner les amphis au risque de perdre leurs chambres pour ceux qui en ont, font toujours la sourde oreille en boycottant le campus, a constaté APA mardi.
Vers la délocalisation du Secrétariat exécutif de la CIRGL pour question de sécurité Le secrétaire exécutif de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), Alphonse Ntumba Luaba, a annoncé lundi une éventuelle délocalisation du Secrétariat exécutif de cette institution vers un autre pays pour question de sécurité du personnel et pour le bon fonctionnement de la Conférence.
Pas de négociations sur les questions qui "sapent" les institutions constitutionnelles Le gouvernement burundais exclut la possibilité de négocier des questions qui "tendent à saper" les institutions constitutionnelles du pays.
l'ONU prône le dialogue comme solution à la crise politique L'Envoyé spécial du Secrétaire Général des Nations Unies dans la Région des Grands Lacs, Saidi Djinnet, a rejoint lundi la déclaration des responsables religieux du Burundi qui prônent le dialogue comme solution à la crise politique que traverse le Burundi.
l'ONU condamne l'assassinat d'un chef de l'opposition Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné l'assassinat de Zedi Feruzi, chef de file d'un parti burundais de l'opposition, Union pour la paix et le développement (UPD) Zigamibanga, et de son garde du corps samedi à Bujumbura, la capitale du Burundi.
La société civile se retire du dialogue avec le gouvernement Le Forum pour le renforcement de la société civile (FORSC), collectif regroupant 143 organisations de la socité civile du Burundi et un des initiateurs des manifestations actuelles contre un troisième mandat pour le président Pierre Nkurunziza, a annoncé dimanche son retrait du dialogue avec le gouvernement, dialogue entamé récemment pour désamorcer la crise politico-sécuritaire burundaise en cours.
Le parti UPD-Zigamibanga exige une enquête indépendante sur l'assassinat de son président L'Union pour la paix et la démocratie (UPD-Zigamibanga), parti de l'opposition du Burundi,a demandé dimanche au gouvernement de mener une enquête indépendante sur la mort de son président, Zed Ferusi, assassiné samedi soir près de son domicile à Bujumbura, capitale du pays.
Le président du parti UPD Zigamibanga tué à Bujumbura Le président de l'Union pour la paix et la démocratie (UPD-Zigamibanga, opposition), Zed Feruzi, et un des agents de sa sécurité ont été tués samedi soir près de son domicile situé dans la commune urbaine de Ngagara, dans le nord de la capitale Bujumbura, apprend-on dimanche de source populaire dans la capitale burundaise.
Les fonctionnaires sommés de rejoindre le service et les étudiants de rependre la classe Après quatre semaines de manifestations contre la candidature du président Pierre Nkurunziza à la prochaine élection présidentielle, le Conseil national de sécurité (CNS) du Burundi a demandé aux fonctionnaires de rejoindre le service et aux étudiants de reprendre la classe.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous