BETA
Recherche personnalisée
English
Jeudi, 17 Aout 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 9/26/2014 9:04:11 PM ]  XINHUANET

Lesotho - Politique

La paix continue de fuir la SADC

La paix continue d'échapper à la région de la Communauté de développement d'Afrique australe ( SADC) avec le Lesotho qui est au bord de la crise politique et économique.


Avant les problèmes qui ont éclaté au Lesotho au début du mois de septembre, la SADC ne connaissait que des problèmes de sécurité avec l'est de la République Démocratique du Congo (RDC), d'où opèrent les rebelles, les Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (DFLR).
La situation s'est envenimée quant le royaume a obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne en 1966.
L'impasse actuelle a commencé quand le Premier ministre du Lesotho, Thomas Thabane, a suspendu le Parlement en juin de peur qu'il n'approuve un vote de non confiance de son leadership du gouvernement de coalition, formé avec trois partis en 2012 en raison de l'absence d'un vainqueur aux élections organisées cette année-là.
Le renvoi de Kenneth Tlali Kamoli par le commandant de la Force de défense du Lesotho par M. Thabane le 29 août a rendu les choses pires.
Le commandant Kamoli serait lourdement armé et refuse d'accepter son limogeage. Il est accusé d'être à l'origine d'un Coup d'Etat le 30 août qui a poussé M. Thabane à fuir l'Afrique du Sud.
Depuis que le Lesotho a obtenu son indépendance, des querelles internes persistent, soit au sein des partis politiques, soit entre le parti politique formant le gouvernement et la royauté.
La politologue et maître de conférence à l'université du Zimbabwe, Charity Manyeruke, a déclaré que le Lesotho était un exemple unique de pays où coexistent royaume et gouvernement, tous deux ayant leur mot à dire dans la gouvernance du pays.
"Cela signifie que nous avons deux systèmes de gouvernance au Lesotho, et maintenant le gouvernement d'unité nationale complique les choses", a-t-elle poursuivi.
La SADC a envoyé le vice-président sud-africain, Cyril Ramaphosa, arbitrer la résolution de la crise au Lesotho, et Mme Manyeruke a souligné qu'il devait comprendre le casse-tête que constitue le royaume et ce que ce dernier veut, le gouvernement dans son ensemble, et le rôle des partis politiques.
Autrement, une résolution de la crise ne serait qu'apparente puisque les causes sous-jacentes n'auraient pas été traitées.
Les dirigeants du gouvernement de coalition au Lesotho se sont depuis engagés à assurer un retour à la normale dans ce royaume et à anticiper les élections, à l'origine prévues pour 2017, à une date encore à convenir après consultation des dirigeants du gouvernement de coalition et d'autres acteurs politiques.
M. Ramaphosa a également dû examiner la Constitution pour examiner les procédures légalement prévues et déterminer si ces procédures avaient été suivies lorsque le Parlement a été prorogé, ainsi que le rôle de l'armée et de la police dans la politique du Royaume, a déclaré Mme Manyeruke.
"Les forces de défense sont censées connaître le rôle qu'elles servent. Cela crée des problèmes lorsqu'elles s'impliquent dans des questions politiques, mais il convient aussi d'examiner pourquoi elles s'impliquent ainsi", a-t-elle dit.
Selon Mme Manyeruke, le rôle des forces de défense est de protéger la sécurité de l'État et de ses différents organes. "L'un des organes de gouvernement constitue-t-il une menace pour l'État justifiant leur implication ?".
Les cas d'indiscipline au sein de l'armée sont récurrents. Ainsi, en mi-avril 1994, des forces rebelles ont assassiné Selometsi Baholo, vice-Premier ministre et ministre des Finances qui avait été enlevé avec quatre autres ministres.
Pour détailler davantage les questions historiques, Mme Manyeruke a déclaré que le rôle des forces extérieures devait également être défini pour déterminer si elles ne fomentaient pas l'instabilité au Lesotho pour leur propre bénéfice.
Mme Manyeruke a également appelé au déploiement de la force de réserve de la SADC pour assurer la paix au Lesotho et éviter un bain de sang.
La SADC souhaite que M. Thabane lève la suspension du Parlement, mais cela place le Premier ministre dans une situation difficile. Restaurer le Parlement signifierait perdre son poste, mais maintenir sa fermeture serait également un rejet clair de ses responsabilités constitutionnelles.
La seule issue pour lui, suggèrent des observateurs, serait de convoquer des élections anticipées, mais il n'est pas garanti qu'il conserverait son poste de Premier ministre à l'issue d'un tel suffrage.
En attendant, la SADC tentera de trouver des solutions diplomatiques à l'impasse actuelle, en gardant à l'esprit qu'une intervention armée implique un bilan lourd.
En 1998, les troupes sud-africaines, soutenues par la SADC, sont intervenues au Lesotho pour endiguer les troubles suivant des allocations électorales, ce qui a entraîné la mort de plus de 50 habitants locaux et huit soldats sud-africains. Fin

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 LESOTHO
Le Premier ministre du Lesotho toujours en tête des élections Le parti All Basotho Convention (ABC) du Premier ministre du Lesotho, Thomas Thabane reste en tête des élections anticipées organisées dans ce pays, selon les résultats anticipés publiés lundi.
Le chef de l'ONU félicite le Lesotho pour la tenue pacifique des élections Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a félicité le peuple du Royaume du Lesotho dimanche pour la tenue pacifique des élections législatives.
Début des élections au Lesotho Les électeurs du Lesotho se sont rendus aux urnes samedi pour des élections anticipées destinées à sortir de l'impasse politique dans laquelle se trouve le royaume.
Le facilitateur de la SADC confiant dans les élections au Lesotho Le vice-président sud-africain, Cyril Ramaphosa, en sa capacité de facilitateur de la Communauté de Développement d'Afrique Australe (SADC), s'est montré vendredi optimiste quant aux prochaines élections au Lesotho.
l'ONU se félicite de l'annonce sur les élections programmées pour février 2015 Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a pris note de l'annonce faite récemment par le roi Letsie III du Lesotho selon laquelle des élections nationales auront lieu le 28 février 2015.
Ban Ki-moon appelle à des élections "pacifiques et crédibles" Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a salué mardi les progrès politiques au Lesotho, appelant à un environnement propice à des élections pacifiques et crédibles dans ce pays d'Afrique australe.
Le Lesotho rouvre son Parlement après la crise politique Le Parlement du Lesotho s'est rassemblé à nouveau vendredi après quatre mois de fermeture, réalisant la première étape d'un accord de paix visant à mettre fin à plusieurs semaines d'une crise politique déclenchée par une tentative de coup d'État militaire en fin août dans ce royaume d' Afrique australe.
Le Lesotho tiendra les élections générales en février 2015 (SADC) Le Lesohto, plongé dans une crise politique en raison de conflits au sein du gouvernement de coalition, tiendra des élections générales en février 2015, a annoncé jeudi le vice-président sud-africain Cyril Ramaphosa, qui agit comme facilitateur de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC).
La paix continue de fuir la SADC La paix continue d'échapper à la région de la Communauté de développement d'Afrique australe ( SADC) avec le Lesotho qui est au bord de la crise politique et économique.
Le PM du Lesotho veut la stabilité avant la réouverture du Parlement Le parlement du Lesotho ne rouvrira pas ses portes à moins que la stabilité ne soit rétablie, a annoncé lundi le Premier ministre Thomas Thabane.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous